Sylvie Vartan retourne à la chanson

Retour à la chanson pour Sylvie Vartan: après une récréation théâtrale dans le... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Romain Colas, Jean-François Guyot
Agence France-Presse
PARIS

Retour à la chanson pour Sylvie Vartan: après une récréation théâtrale dans le rôle d'une excentrique en plein dépit amoureux, l'icône française du yéyé retrouve vendredi la scène parisienne de l'Olympia, avant une nouvelle tournée.

En 2015, c'était déjà à l'Olympia que Sylvie Vartan avait fêté 50 ans de succès et son 70e anniversaire. Cette salle de spectacle mythique l'a vue devenir vedette en 1961 en assurant la première partie de Gilbert Bécaud avec Panne d'essence.

Une chanson enregistrée au pied levé pour faire plaisir à son frère Eddie: «Il m'a poussée dans le studio. Je ne me consacrais pas du tout à la chanson. Depuis l'âge de 6 ans et un premier tournage, je voulais être comédienne», dit Sylvie Vartan à l'AFP.

Vendredi et samedi à l'Olympia, avant Lyon le 23 septembre, la chanteuse promet de faire revivre les années 60 qui ont vu naître le mouvement yéyé, ces «années rouge et or», se souvient-elle.

«C'était une époque flamboyante, tourbillonnante. Il n'y a pas eu d'équivalent depuis... C'était le début d'une révolution sociale et artistique. C'était joyeux, fort et inattendu, sans plan de carrière», ajoute-t-elle.

«Le monde était moins fou et la musique s'en ressentait. Aujourd'hui, la musique est à l'image du monde: beaucoup plus violente, saccadée, sombre, moins mélodique», regrette la chanteuse, 73 ans.

«Au temps des yéyés, on privilégiait la musique. Les paroles ne comptaient pas vraiment. Elles ont d'ailleurs été décriées à juste titre. La seule chose qui comptait, c'était le rythme», ajoute la chanteuse. «A cette époque, je ne réalisais pas, tellement les choses allaient vite. J'étais comme en état d'ivresse».

Si la première partie de son spectacle réunira des pépites des «sixties» rarement interprétées, la seconde remontera les années 80 jusqu'à aujourd'hui. Un titre écrit et composé sur mesure par Keren Ann est déjà enregistré. Et Carla Bruni, qui a déjà offert Je chante le blues à Sylvie Vartan, sera de nouveau sollicitée.

«Chanter lave l'esprit»

Ces deux dernières années, le théâtre lui a offert «un immense bonheur», dit-elle. Avec Ne me regardez pas comme ça, pièce de boulevard dont elle a partagé l'affiche avec Isabelle Mergault, Sylvie Vartan confie s'être «follement amusée» à bousculer son image, en redécouvrant la comédie, son premier rêve artistique avant de céder aux sirènes du music-hall.

Une carrière que le biographe Benoît Cachin a revisitée dans une volumineuse monographie intitulée La plus belle pour aller chanter, qui vient de paraître aux éditions Gründ. L'ouvrage passe en revue ses 64 albums et 1500 chansons enregistrées (en dix langues) depuis 1961.

«Chanter lave l'esprit et le coeur. Les moments de partage entre un artiste et le public sont très bénéfiques, comme une thérapie», estime Sylvie Vartan, «inquiète» face à l'actualité et face à un monde qu'elle qualifie de «poudrière».

Mariée à Johnny Hallyday de 1965 à 1980, formant un couple emblématique avec leur fils David, la chanteuse se dit rassurée après s'être fait beaucoup de soucis depuis l'annonce par le rockeur de son cancer: «Les signes d'amélioration sont bons. Il est très fort, avec beaucoup de ressources».




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer