Ariana Grande: princesse pop devenue rebelle

La princesse de la pop Ariana Grande cultive... (PHOTO DANNY MOLOSHOK, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La princesse de la pop Ariana Grande cultive une image de plus en plus sexy. Elle donne un concert au Centre Bell, ce soir.

PHOTO DANNY MOLOSHOK, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À 23 ans, la princesse de la pop cultive une image de plus en plus sexy. Accusée d'antipatriotisme à la suite du fameux «scandale du beignet», elle continue néanmoins à enchaîner les succès. Retour sur la jeune carrière de la «femme dangereuse», qui est de passage au Centre Bell ce soir.

Polyvalente

Ariana Grande vit sous les feux de la rampe depuis l'âge de 15 ans. Originaire de Boca Raton, en Floride, elle fait ses premiers pas dans l'industrie du spectacle à Broadway, où elle décroche le rôle principal de la comédie musicale 13, avant d'incarner Cat Valentine dans la série Victorious. Ariana Grande reprend ensuite des airs connus sur YouTube, mais c'est son premier extrait, The Way - qu'elle interprète avec le rappeur Mac Miller (devenu depuis son amoureux) -, qui la lance. La jeune chanteuse est sacrée révélation de l'année par la Music Business Association pour son premier album, produit par Babyface, Yours Truly (2013). Son duo avec Iggy Azalea, Problem, devient son premier tube mondial.

Modèle devenu rebelle

Son plus récent disque, Dangerous Woman, semble marquer le début d'une nouvelle ère pour la chanteuse. Ses admirateurs parlent même d'un tournant soft porn à la suite de la publication récente du vidéoclip Everyday, où elle chante avec le rappeur Future. Le message ne pourrait être plus clair: à l'instar des Britney, Miley et autres anciens enfants vedettes, Ariana Grande veut briser son image de lolita avec son troisième opus. Les critiques de sa tournée n'hésitent pas à qualifier son spectacle de sulfureux. Si elle cultive une image de fille sexy, Ariana Grande n'en dénonce pas moins l'objectivation de la femme et la misogynie dont elle est victime sur les réseaux sociaux. 



Imitatrice hors pair

Lors de sa toute première entrevue sur le plateau d'un talk-show, Ariana Grande révèle son talent d'imitatrice à Jimmy Fallon, animateur du Tonight Show, en n'incarnant nulle autre que Céline Dion. Une performance qui fait le tour du monde et qui amène la jeune chanteuse à se commettre une seconde fois en mars 2016 en tant que présentatrice de Saturday Night Live, imitant cette fois avec talent Britney Spears, Shakira et Rihanna. Céline Dion a confié en entrevue avoir beaucoup apprécié la prestation d'Ariana Grande.



Lécheuse de beignets

Ancienne habituée de la Maison-Blanche, Ariana Grande y est persona non grata depuis le fameux «scandale du beignet» en juillet 2015. Accompagnée de son petit ami de l'époque, le danseur Ricky Alvarez, la chanteuse est filmée par une caméra de surveillance alors qu'elle lèche des beignets tout en déclarant: «Je déteste les Américains, je déteste l'Amérique. C'est dégoûtant.» Une bévue qui lui vaut les foudres de ses fans, mais surtout l'annulation d'une performance à la Maison-Blanche dans le cadre d'un gala organisé par Barack Obama. Malgré les deux vidéos d'excuses publiées sur YouTube, la jeune femme n'a plus remis les pieds au 1600 Pennsylvania Avenue.



La Belle et la Bête

Ariana Grande interprète en duo avec John Legend la chanson de la nouvelle adaptation de La Belle et la Bête de Disney, mettant en vedette Emma Watson et Dan Stevens. Le film n'est pas encore sorti en salle, mais la chanson a déjà été écoutée plus de 17 millions de fois sur Vevo. Le titre composé par Alan Menken et écrit par Howard Ashman était chanté par Angela Lansbury dans le film homonyme de 1991. Céline Dion et Peabo Bryson ont été les premiers à l'interpréter en duo.






publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer