Socalled: l'art et le plaisir de collaborer

Le rappeur Socalled a puisé dans la musique... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Le rappeur Socalled a puisé dans la musique pop, soul et même funk pour créer son nouvel album, intitulé Peoplewatching.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Socalled habite dans un demi-sous-sol du Mile End. Une caverne d'Ali Baba. À notre arrivée, il est au piano et son chien Poopsie aboie au son de la musique.

Il y a deux semaines, le célèbre rappeur juif de Montréal a lancé un album intitulé Peoplewatching, le fruit de nombreuses collaborations. Un album pop, soul et même funk où il «hardcore rappe» et où il chante pour la première fois de façon mélodique seul au piano.

En passant de l'anglais au français, Socalled a raconté à La Presse la genèse et le dénouement des rencontres qui ont nourri Peoplewatching. Le spectacle-lancement de l'album aura lieu ce soir au Théâtre Fairmount.

Il y a deux ans, le célèbre tromboniste jazz et funk Fred Wesley (qui a joué avec James Brown) s'est produit à Montréal dans le cadre de Pop Montréal (dont le directeur artistique du festival, Daniel Seligman, est l'imprésario de Socalled).

«J'ai invité Fred dans mon studio. Il figurait sur mon album Ghettoblaster. Nous avons même eu un groupe ensemble, Abraham Inc., et il a collaboré à mes deux comédies musicales, rappelle Socalled. Il est mon héros. J'ai écrit la pièce Peoplewatching spécialement pour lui et c'est lui qui chante le refrain (le hook).»

Pour l'anecdote, Socalled a déjà demandé à Wesley pourquoi il n'attendait pas son avion dans «le salon élite». «Il m'a répondu qu'il aimait faire du people watching.» Ceci explique cela.

Chanteuse anonyme

La voix en punjabi de la chanson Peoplewatching est celle de Kamal Chamkila, une jeune femme qui travaille dans un restaurant de Parc-Extension.

«Je ne peux pas la nommer. Elle se cache un peu... Son père musicien, un chanteur célèbre [Amar Singh Chamkila], a été assassiné sur scène quand elle était petite. Il a été l'un des premiers à parler de sexe, de politique et de trucs pas religieux, indique Socalled. J'ai réussi à la convaincre de venir en studio et elle chante super bien. Elle était gênée, mais elle est déjà célèbre à cause de ses racines (plus de 51 000 personnes aiment sa page Facebook)... C'est triste, elle a des problèmes d'immigration, souligne Socalled. Elle est tellement belle. Je la marierais, mais je suis gai.»

Il y a deux ans, le célèbre DJ et musicien de dancehall jamaïcain Josey Wales a partagé la scène de l'église Saint-Enfant-Jésus du Mile End avec Yellowman dans le cadre de Pop Montréal.

«Quel spectacle de quatre heures où les deux gars se passent le micro en improvisant en mode DJ. Je connaissais le promoteur et j'ai demandé qu'on me présente à Josey Wales après le show. Je lui ai demandé ce qu'il faisait le lendemain. Je ne sais pas pourquoi, mais il a accepté...»

Le lendemain, Wales s'est présenté au studio de Socalled (alors qu'il n'accepte pratiquement jamais les collaborations à l'extérieur de la Jamaïque). Il n'a suffi que d'une prise pour que sa voix grasse martèle le refrain de Bootycaller. Autre anecdote, Josey Wales a oublié son manteau et c'est en sous-vêtements et en mangeant du poulet qu'il a ouvert la porte de sa chambre d'hôtel du centre-ville à Socalled.

Trad et folk

Dans cette chanson où figure Josey Wales, Bootycaller, Yves Lambert entonne en français: «Pas besoin de stress pour notre partie de fesses.»

Le membre fondateur de La Bottine Souriante et Socalled se sont souvent croisés dans des festivals de musiques du monde. «La première fois, c'était au WOMEX [World Music Expo].» En 2011, Socalled a demandé à Lambert de figurer dans sa comédie musicale The Season. C'est en le voyant interpréter une chanson à répondre en spectacle à la Saint-Jean-Baptiste que Socalled a eu l'idée d'incorporer Yves Lambert à la chanson Bootycaller (expression qui évoque les appels nocturnes de gens à la recherche de plaisirs charnels). «Il ne savait pas c'était quoi», raconte en riant son ami anglophone juif. Des membres de Canailles figurent dans le choeur de Bootycaller.

La chanteuse folk montréalaise Katie Moore est une voix indissociable de Socalled. «C'est toujours un plaisir de travailler avec elle. Elle écrit ce qu'elle chante. C'est une fille super intelligente et j'aime avoir son point de vue. Je vais jouer du piano sur son album qui sort à l'automne.»

Le Brésil avant Paris

«Je pensais que l'album était fini pour aller faire le mixage à Paris. J'étais dans un festival à São Paulo au Brésil et j'ai rencontré des groupes de musique brésiliens. J'ai entendu le clac d'une caisse claire et je me suis dit: «What the fuck.» Je n'ai jamais rien entendu de tel...

«J'ai commencé à passer du temps avec João Parahyba. Il m'a montré sur YouTube des vidéos de son ancien groupe. Or, c'est le légendaire Trio Mocoto», raconte Socalled, qui n'avait d'autre choix que de trouver un studio pour enregistrer du matériel avec le célèbre percussionniste.

Ce dernier lui a offert le studio de son fils, et même d'aller le chercher en voiture. «Quelle promenade! On a parlé de Duke Ellington, avec qui il a joué, de même que Ray Charles, Nina Simone, Quincy Jones...»

Socalled est plus que satisfait de la qualité sonore de Peoplewatching. Le mixage s'est fait à Paris, en novembre dernier, avec Renaud Letang. Il exploite les légendaires Studios Ferber, où sont passés les Nick Cave, Jane Birkin, Gainsbourg et Bashung.

«Ce n'est pas facile d'avoir Renaud Letang. Je le connais grâce à Gonzales Solo Piano II - Chambers]. Peoplewatching est mon premier album sans Gonzales, mais nous sommes encore proches. J'ai justement fait la fête avec lui hier!»

Avec des légendes

«Je lui avais demandé d'être sur mon autre album, Sleepover, mais il n'avait pas le temps», raconte Socalled. Cette fois-ci, le légendaire musicien jazz montréalais a accepté son offre. «Un grand honneur, dit Socalled. C'est l'un de mes héros. Ses albums sont accessibles et humbles. Il m'a donné envie de jouer du piano jazz.»

Le groupe de reprises de Socalled, Fabricville, a assuré la première partie du spectacle de Pierre Perpall à Pop Montréal, en 2013.

Perpall, la première star noire du Québec, était un habitué de Jeunesse d'aujourd'hui. Il a fait carrière pendant l'âge d'or du disco et du funk aux États-Unis et il a notamment partagé la scène avec B.B. King et Diana Ross. «Quel personnage! Nous avons été invités à l'émission de Pénélope McQuade il y a quelques jours.» Soulignons que Pierre Perpall rappe sur la pièce-titre de l'album.

Socalled peut aussi compter sur son précieux groupe formé de Katie Moore, Patrice Agbokou, JS Williams et Michael Felber. Ils seront sur la scène du Théâtre Fairmount avec lui ce soir pour le spectacle-lancement de Peoplewatching. On attend également de nombreux invités-surprises.

_________________________________________________________________________________

POP-RAP

SOCALLED

Peoplewatching

Dare to Care Records

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer