La SPACQ honore espoirs et bâtisseurs

Angelo Finaldi, le trio néo-brunswickois Les Hay Babies, Raôul... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Angelo Finaldi, le trio néo-brunswickois Les Hay Babies, Raôul Duguay et Linda Thalie.

Photo: André Pichette, La Presse

Daniel Lemay
La Presse

Des représentants de trois générations d'artistes québécois ont été honorés hier par la Fondation de la Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec (SPACQ), qui a remis 15 bourses totalisant 130 000$.

Dans la catégorie Scène émergente, Alex Nevsky et Émile Proulx-Cloutier se partagent le prix André «Dédé» Fortin de 10 000$, offert par Loto-Québec. Émile-Proulx Cloutier est en nomination dans cinq catégories au prochain gala de l'ADISQ, où plusieurs le donnent favori comme Révélation de l'année.

Toujours dans les noms nouveaux, le prix Édith Butler de la Francophonie canadienne (Bell Média) a été remis conjointement au trio néo-brunswickois Les Hay Babies et à la Franco-Manitobaine marijosée.

Chez les artistes établis, Karim Ouellet s'est vu remettre le prix Gilles Vigneault soulignant le succès d'une «Carrière en marche» (offert par la Banque Nationale, hôtesse de la réception d'hier) et Linda Thalie a reçu le prix Éval-Manigat de la «chanson multiculturelle» (RNC Média).

Dans la catégorie Rayonnement international, le jury de la SPACQ a décerné le prix Robert Charlebois (Power Corporation) au groupe lanaudois Les Cowboys fringants.

Le pianiste James Gelfand, souriant leader, entre autres, du band de La Petite École du jazz, a reçu pour sa part le prix André Gagnon (Québecor) de Musique instrumentale, tandis qu'Angelo Finaldi a remporté le prix François Cousineau de la Musique de chansons. Angelo Finaldi, bassiste, auteur, compositeur et arrangeur d'origine napolitaine, s'est fait connaître avec la Révolution française à la fin des années 60 et a ensuite travaillé dans plusieurs champs de la musique québécoise - Nanette Workman, Diane Dufresne, Nicole Martin - avant de revenir, au début du siècle, avec ses projets de Blues Gitan et de Wop-Pow-Wow.

Par ailleurs, le prix Richard Grégoire pour la Musique sur images (Hydro-Québec) est allé à Michel Corriveau, à qui l'on doit notamment les thèmes du Survenant, de Bon cop, bad cop et de la télésérie Mensonges.

Apport à la musique québécoise

Plusieurs catégories, finalement, ont pour objet de souligner l'apport exceptionnel de certains artistes à la musique et à la chanson québécoises. Ainsi, pour «l'excellence de l'imaginaire», Raôul Duguay a reçu le prix Eddy-Marnay remis par les Productions Feeling de Céline Dion et René Angélil; ceux qui se rappellent le Raôul Duguay du temps de l'Infonie replacent vite son «imaginaire» dans l'histoire de la scène québécoise.

Le prix Luc Plamondon du Parolier (ICI Musique) est allé à Marcel Sabourin, qui a écrit pour Robert Charlebois les inoubliables Te v'là et Tout écartillé dans lesquelles la langue québécoise déploie encore toute sa verve poétique.

Pour l'ensemble de leur oeuvre, comme interprète et auteur-compositeur respectivement, Ginette Reno et Pierre Létourneau ont reçu les prix Lucille Dumont (Indstrielle Alliance) et Sylvain-Lelièvre (Angelcare/SPACQ).

Dans le même ordre d'idée, Denise Filiatrault s'est vu décerner le prix Pionnier-bâtisseur de Fiera Capital. Au cours des dernières décennies, Mme Filiatrault, 83 ans, s'est surtout illustrée comme metteure en scène de théâtre et de comédies musicales, dont Sister Act, l'été dernier, dans la cadre de Juste pour rire.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer