Motel Raphaël: filles d'aujourd'hui

Les filles de Motel Raphaël, Emily Skahan, Clara... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Les filles de Motel Raphaël, Emily Skahan, Clara Legault et Maya Malkin, ont un côté girlie qui peut rappeler l'univers de la série Girls.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Si vous aimez le trio Haim et la télésérie Girls, la musique du groupe montréalais bilingue Motel Raphaël saura vous plaire. Les chanteuses et colocs Clara Legault, Emily Skahan et Maya Malkin proposent un premier album folk-pop jeune et féminin. Promis à un brillant avenir, leur premier album, Cable TV, sort le 10 juin.

Elles sont belles, au début de la vingtaine et arborent un look d'enfer. Elles surnomment leur appartement de Saint-Henri «The Princess Mansion». Leur chat adore les champignons. Elles ont grandi dans un univers bilingue, entre l'Ouest-de-l'Île et le Plateau.

Avec leurs harmonies vocales, les chanteuses et colocs Clara Legault, Emily Skahan et Maya Malkin sont à la tête du groupe Motel Raphaël, complété de leurs comparses Robin Warner (basse), Afolabi Fapoiuwo (batterie), Dane Stewart (vibraphone) et Livia Morris (trompette).

Les trois filles se connaissent depuis quatre ans. Clara et Emily ont fait connaissance au Divan Orange lors d'un spectacle d'Hollerado. Deux ans et demi plus tard, Emily a rencontré Maya en allant chercher son «4 %» dans un bar de karaoké. La musique est rapidement venue dans la conversation, et voilà: les trois filles se sont retrouvées à jouer de la musique dans un appartement. «Là, c'est devenu sérieux. On voulait toutes les trois poursuivre une carrière en musique», raconte Emily.

L'une a étudié en cinéma et communication, l'autre en création littéraire et sciences politiques, et la troisième en théâtre. Elles incarnent la jeunesse montréalaise pétillante et bilingue avec un nom faisant référence à l'ancien établissement mythique du patrimoine kitsch montréalais. Elles ont même récupéré la marquise d'origine du motel Raphaël, qui était un emblème de Notre-Dame-de-Grâce.

L'union de leurs voix est à la base de leur musique enrichie d'arrangements de trompette et de vibraphone. «Notre son commence avec nos trois voix, indique Emily. On fait de la pop féminine, et ce qu'on imagine qui ressort quand trois filles écrivent ensemble.»

«Nous analysons beaucoup nos peines d'amour et sommes toutes les trois près de nos émotions», ajoute Clara. «On veut être un modèle positif pour les jeunes femmes», complète Maya.

Rire de soi-même

Les trois amies dégagent également beaucoup d'autodérision et d'authenticité. Leur côté girlie a une profondeur. Elles n'ont pas peur d'exposer les maladresses de leur charme. La pochette de leur album rappelle l'univers de la série Girls. Des filles qui veulent bien faire mais qui multiplient les essais et erreurs.

Pour Clara, Emily et Maya, c'est important: elles forment «un band» avec leurs quatre musiciens, même si elles contrôlent «la vision artistique», les textes et l'essence mélodique des chansons qui prennent parfois des inclinaisons country.

«Maya a une voix pop tendance avec un ton smooth. Emily a un range qui peut monter haut. Et moi, je nous ancre dans la basse avec ma voix de baryton», explique Clara.

Grosse réaction

Samedi dernier, Motel Raphaël a assuré la première partie de Tegan and Sara au Métropolis. La réaction de la foule a été monstre, a-t-on vu sur les réseaux sociaux. Le trio figure aussi sur la liste d'écoute d'été d'Elle Québec avec un groupe dont il pourrait partager le public: The Seasons.

Les trois jeunes femmes citent Fleetwood Mac parmi leurs influences et considèrent Haim parmi leurs contemporains. «On fait de la pop qui prend l'auditeur au sérieux», indique Clara.

Motel Raphaël revendique ses racines montréalaises, d'où la traduction en français de deux chansons. «Mon père est francophone, ma mère est anglophone. C'est juste normal pour moi de switcher entre les deux, donc on veut la même chose avec notre public», dit Clara.

Grand potentiel

La chanson London raconte l'exil de l'amoureux de Clara en Angleterre. Pretty Distractions est une ballade toute désignée pour un film ou une série télé. Jameson raconte le mauvais souvenir d'un ex qui buvait trop. «Criss, je ne suis pas ta mère!», résume Emily.

«L'album est vraiment une évolution, dit Emily. Les premières chansons qu'on a écrites sont London et Jameson alors que The Things That You Should've Said, la dernière [plus complexe dans les mélodies et les arrangements], montre où on va aller avec notre deuxième album.»

Les filles de Motel Raphaël comptent sur les conseils de l'imprésario Mike McGee, de Stomp Records [Planet Smashers], et leur album sort le 10 juin avec le soutien de la major Warner. Leur spectacle-lancement aura lieu à La Vitrola, le vendredi 13 juin.

_________________________________________

POP-ROCK

Motel Raphaël

Cable TV

Warner

Sortie le 10 juin




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer