Les 50 ans du classique de la bossa-nova

L'étiquette jazz Verve célèbre mardi le demi-siècle de... (Photo: fournie par Google Images)

Agrandir

L'étiquette jazz Verve célèbre mardi le demi-siècle de Stan Getz/João Gilberto avec une version remasterisée du grand classique de bossa-nova brésilienne sorti en 1964.

Photo: fournie par Google Images

Il y a deux semaines, Lana Del Rey a fait patienter la foule du Centre Bell avec cet album mythique dont le 50e anniversaire tombe à point pour le coup d'envoi de la Coupe du monde du Brésil, le 12 juin.

L'étiquette jazz Verve célèbre mardi le demi-siècle de Getz/Gilberto avec une version remasterisée du grand classique de bossa-nova brésilienne sorti en 1964. C'est l'album sur lequel figure l'indémodable et irrésistible standard The Girl From Ipanema avec la voix douce et sexy d'Astrud Gilberto.

Getz/Gilberto doit son titre à la collaboration magique de son mari, le célèbre chanteur brésilien João Gilberto, avec le saxophoniste américain Stan Getz. Le pianiste et compositeur Antônio Carlos Jobim a aussi collaboré au disque qui a remporté quatre prix Grammy en 1965, dont celui du meilleur album, une première à l'époque pour une oeuvre jazz.

Outre The Girl From Ipanema, le titre Corcovado (Quiet Nights of Quiet Stars) est aussi devenu un standard. Que ce soit pour l'apéro, les vacances, ou pour détendre l'atmosphère, les chansons de Getz/Gilberto nous plongent dans un univers feutré, savoureux et estival.

Les accords de Doralice donnent envie de remuer les hanches. La voix langoureuse de João Gilberto apaise l'âme sur Para Machuchar Meu Coracao. O Grande Amor exhale de suaves effluves de saxophone. Et que dire du mariage des voix du couple Gilberto sur The Girl From Ipanema.

En magasin mardi, l'édition spéciale 50e anniversaire de Getz/Gilberto offre une version remastérisée en stéréo et en mono (pour les puristes) de l'album. Il inclut aussi les versions «singles» radiophoniques de The Girl from Ipanema et Corcovado.

Le père de la bossa-nova

Considéré comme le père de la bossa-nova, João Gilberto a le statut de légende au Brésil. Aux dernières nouvelles, il donnait toujours des spectacles, mais il se battait pour récupérer les enregistrements originaux (masters) de ses premiers albums. Est-il en accord avec la version remastérisée de Gilberto/Getz qui sortira en magasin mardi? Le bureau montréalais du major Universal n'en a aucune idée.

Le chanteur et guitariste n'aura été marié que quelques années avec Astrud Gilberto. L'homme s'est valu une réputation de génie excentrique et imprévisible qui préférait l'ombre aux feux de la rampe. Celui qu'on surnomme «le mythe» s'est produit une seule fois au Festival de jazz de Montréal, en 2001.

Pour nous replonger dans l'époque de sa conquête américaine, nous vous suggérons le film brésilien Out of Tune (Os Desafinados). Le scénario raconte le parcours d'un groupe fictif de bossa-nova qui débarque à New York ey connaît la gloire au début des années 60.

Un peu trop à l'eau de rose, ce faux film biographique de Walter Lima Jr (qui peut rappeler Inside Llewyn Davis) permet néanmoins de constater à quel point la vague bossa-nova a influencé la musique américaine avant la folie des Beatles. Des musiciens comme João Gilberto ont eu un impact considérable sur le mouvement jazz, notamment par l'entremise des défunts musiciens Charlie Byrd et Stan Getz.

Le héros et autre grand ambassadeur de la musique brésilienne, Gilberto Gil, revisite le répertoire de João Gilberto sur son dernier album, Gilbertos Samba. L'ex-ministre de la Culture brésilien se produira au théâtre Maisonneuve le 8 avril 2015 (!).

La fille de João Gilberto, Bebel Gilberto, suit également les traces de son père. Elle s'est notamment distinguée en incorporant des éléments de musique électronique à la bossa-nova. Elle lancera un nouvel album intitulé Tudo!, le 29 juillet.

Pour s'initier à la bossa-nova féminine, mieux vaut prêter une oreille aux voix des chanteuses brésiliennes Joyce, Luciana Souza et Luisa Maita.

Mais on reviendra toujours à Getz/Gilberto, un des rares albums qu'on choisirait d'apporter dans une île déserte. Avec le son riche et chaleureux qui distingue sa réalisation signée Phil Ramone, Getz/Gilberto mérite hautement d'être écouté en format vinyle et d'être découvert par les plus jeunes générations.

Oubliez la chanson Dare (La La La) de Shakira. En vue de la Coupe du monde de la FIFA, Getz/Gilberto constitue le meilleur album pour se fermer les yeux et se transporter dans la chaleur suave du Brésil.

Mas Ysa à La Vitrola

Louangé par Pitchfork, Mas Ysa se produit ce soir à La Vitrola. Né à Montréal, le musicien électronique et artiste visuel a lancé en février dernier son EP de quatre chansons, Worth, qui pourrait plaire au public de M83.

Derrière Mas Ysa se cache Thomas Arsenault. Il a vécu en orbite entre le Brésil, le prestigieux Conservatoire de musique d'Oberlin et l'État de New York où il a multiplié les projets de danse et de vidéaste.

À l'été, Mas Ysa se produira aux festivals Pitchfork et NXME. L'an dernier, il a tourné avec Deerhunter. Sa musique électronique s'élance sur un terrain d'exploration pop de grande intensité.

Son spectacle à Montréal se veut une belle occasion de découvrir La Vitrola, nouvelle salle de 250 places du Mile End. Situé sur le boulevard Saint-Laurent, l'établissement devient la petite soeur de la Sala Rossa et de la Casa Del Popolo, qui appartiennent aussi à Mauro Pezzente (bassiste de Godspeed You! Black Emperor) et sa femme Kiva Stimac.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer