Le Journal Tintin fête ses 70 ans

Le premier numéro du Journal Tintin, daté du... (PHOTO TIRÉE DE GOOGLE IMAGES)

Agrandir

Le premier numéro du Journal Tintin, daté du 26 septembre 1946, propose notamment une nouvelle aventure de Tintin, Le Temple du Soleil, ainsi que les premières vignettes de Blake et Mortimer.

PHOTO TIRÉE DE GOOGLE IMAGES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

Le Journal Tintin, qui a bercé l'enfance de plusieurs générations, a vu le jour en Belgique il y a tout juste 70 ans, rappelle lundi son éditeur Le Lombard, qui continue à oeuvrer dans le monde de la BD malgré la disparition du magazine en 1988.

L'hebdomadaire naît au lendemain de la guerre de la rencontre entre un jeune éditeur belge actif dans la Résistance, Raymond Leblanc, et du «père» de Tintin, Hergé, qui a créé le personnage en 1929.

Leblanc, dont les bureaux sont alors situés dans la rue du Lombard, à Bruxelles, cherche une locomotive pour lancer un nouveau magazine pour la jeunesse, à la fois distrayant et éducatif.

Avec ses associés André Sinave et Albert Debaty, il jette son dévolu sur Tintin, malgré la réputation sulfureuse d'Hergé, accusé de s'être compromis avec l'occupant en publiant ses planches dans le quotidien bruxellois Le Soir, soumis à la censure allemande.

Le premier numéro, daté du 26 septembre 1946, propose notamment une nouvelle aventure de Tintin, Le Temple du Soleil, ainsi que les premières vignettes de Blake et Mortimer. Le succès du magazine, sous-titré «Le journal des jeunes de 7 à 77 ans», est immédiat.

Il ne se démentira pas pendant plusieurs décennies grâce à la présence dans ses pages, en plus de Tintin et Milou, d'autres héros emblématiques du 9e art: Chick Bill, Cubitus, Michel Vaillant, Olivier Rameau, Corto Maltese, Thorgal...

L'histoire du Journal Tintin est aussi marquée par le duel - digne de la rivalité Beatles-Rolling Stones - avec Spirou, qui dispose lui aussi de «son» magazine, édité par Dupuis, et propose les aventures de Spirou et Fantasio, Lucky Luke, Buck Danny, Boule et Bill, Gaston, Les Schtroumpfs ou encore Les Tuniques bleues.

Le Journal Tintin, qui à son âge d'or se vendait chaque semaine à plus de 300 000 exemplaires, voit son tirage décliner dans les années 1980, concurrencé par une presse BD plus adulte représentée par des titres comme Pilote, À Suivre... ou Fluide glacial.

Il finit par disparaître des kiosques en 1988 et les tentatives de relance, sous les titres Tintin reporter puis Hebdo Bédé, feront long feu en 1993.

Des hebdomadaires de BD pour la jeunesse, il ne reste guère aujourd'hui que Le Journal de Mickey et Spirou. Pour les nostalgiques, un ouvrage de 777 pages sur la «grande aventure du Journal Tintin» vient de paraître aux Éditions Le Lombard, en association avec la société Moulinsart, qui détient les droits sur les créations d'Hergé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer