La Gazette sur iPad

Mardi dernier, la Gazette, qui s'appelle désormais Montreal... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Mardi dernier, la Gazette, qui s'appelle désormais Montreal Gazette, a lancé une application iPad.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après l'Ottawa Citizen, c'est au tour de la Gazette, elle aussi propriété du groupe Postmedia, de changer d'image et de lancer une application iPad.

Depuis mardi dernier, The Gazette s'appelle désormais Montreal Gazette. Le journal papier a une nouvelle maquette, un nouveau logo, un nouveau nom. On a également lancé deux nouvelles applications mobiles, l'une pour téléphone intelligent, l'autre pour iPad.

Fini le logo aux grosses lettres gothiques à la une du journal. Le quotidien anglophone arbore désormais un nouveau logo carré «bleu comme le fleuve Saint-Laurent», dixit Lucinda Chodan, rédactrice en chef du quotidien et vice-présidente du contenu pour l'est du pays chez Postmedia.

«Le bleu a également été choisi parce que c'est la couleur de la province de Québec, explique Mme Chodan. Nous voulions illustrer notre relation avec les Québécois, une relation qui dure depuis 236 ans.»

Tout comme l'Ottawa Citizen, la Montreal Gazette publie sur iPad un magazine d'affaires publiques qui approfondit les nouvelles de la journée, et ce, tous les jours à 18 h.

On peut dire que l'attentat de mercredi a forcé l'équipe du quotidien anglophone à mettre à l'épreuve son nouveau concept. Avec La Presse+ qui publiait une édition spéciale à 16 h 30, Montreal Gazette était le seul autre quotidien à raconter l'attentat quelques heures après qu'il avait eu lieu. Le hic: le reportage de 11 pages se trouvait à la fin du magazine, plutôt que dans les premières pages. À la place, on trouvait un reportage sur le travail du caricaturiste Aislin. «Pour des questions logistiques, nous avons décidé de laisser le reportage à la fin. C'était ça ou on publiait en retard, explique Lucinda Chodan. Le lendemain, le problème était corrigé.»

Pour le reste, la couverture de la Montreal Gazette a profité de la synergie avec l'Ottawa Citizen, un avantage qui sera encore plus marqué lorsque tous les journaux du groupe Postmedia seront présents sur iPad. Le prochain à lancer son application est le Calgary Herald, le 25 novembre prochain.

Encore plus de tablettes

La décision de Postmedia d'offrir ses contenus sur iPad s'explique parfaitement dans le contexte où les tablettes numériques sont de plus en plus présentes dans les foyers canadiens. Au Québec, les plus récentes statistiques fournies par le CEFRIO dans son étude NETendances ne mentent pas: 44,7 % des foyers possèdent une tablette, alors qu'en 2013, la proportion était de 26,5 %.

Ces changements s'inscrivent dans une refonte en profondeur des contenus de la Gazette qui, comme à l'Ottawa Citizen en mai dernier, touche toutes les plateformes du quotidien.

La version papier de la Montreal Gazette est désormais axée sur la mise en contexte de l'information. On a également réintroduit des agendas comme le «7 days, 7 nights», qui annoncent les conférences et autres événements qui ont lieu dans la métropole. Alors que la plupart des journaux font disparaître leurs horaires télé, Montreal Gazette conserve le sien et y ajoute les émissions qu'on peut visionner en continu sur YouTube, Netflix, etc. Sauf erreur, c'est le seul journal québécois à publier cette information.

Quant à l'application mobile de la Montreal Gazette, elle vise surtout les jeunes âgés de 18 à 34 ans. Mais elle ne partagera pas ses contenus avec l'Ottawa Citizen.

«Les sondages internes nous disent que nos lecteurs ne s'intéressent pas aux mêmes choses que ceux d'Ottawa. À Montréal, les gens s'intéressent à la mode, la culture, les restos, etc. Cela se reflétera dans notre application.»

Lucinda Chodan
Rédactrice en chef du quotidien et vice-présidente du contenu pour l'est du pays chez Postmedia

Gratuites durant les trois premiers mois, les applications mobiles deviendront payantes, comme c'est le cas dans tous les journaux du groupe Postmedia. Le coût de l'abonnement n'a toutefois pas encore été arrêté, précise Mme Chodan. L'application pour téléphone intelligent sera offerte aux téléphones Android sous peu.

À noter que les anciennes applications de The Gazette pour iPad et téléphone intelligent ne disparaissent pas. Elles continueront d'exister en parallèle, afin de ne pas perturber les lecteurs qui souhaitent continuer à les utiliser (cela peut d'ailleurs porter à confusion quand on se rend dans l'App Store d'Apple). L'âge moyen des lecteurs de The Gazette version papier se situe dans la soixantaine avancée et la direction du journal s'attend à une réaction de leur part.

Jusqu'ici, The Gazette atteignait environ 500 000 lecteurs par semaine, toutes plateformes confondues. Avec cette refonte, le journal espère augmenter et rajeunir son lectorat. Rappelons que Postmedia, qui vient d'acheter les journaux de Sun Media dans le reste du Canada, a effectué de nombreuses coupes au cours des dernières années, en plus de centraliser les opérations de ses journaux. La nouvelle stratégie sera-t-elle la bonne? Les seuls chiffres connus remontent à plusieurs mois. Selon Lucinda Chodan, entre mai et juillet dernier, à la suite du lancement de ses nouvelles applications, l'Ottawa Citizen a vu son nombre de visiteurs uniques augmenter de 18 %. C'est bien, mais ce n'est pas suffisant pour crier victoire.

Des nouvelles de Jill

Vous vous souvenez de Brill's Content, cet excellent magazine américain consacré aux médias qui a malheureusement disparu en 2001? On a appris cette semaine que son fondateur, Steven Brill, projetterait de créer une start-up avec nulle autre que Jill Abramson, l'ex-patronne du New York Times. C'est ce que cette dernière a révélé lors d'une entrevue à NPR, ajoutant que des investisseurs s'étaient montrés très intéressés. Abramson, qui a accordé plusieurs entrevues depuis son renvoi, a également précisé que Brill, son ancien mentor, et elle travailleraient sur «une grosse histoire par année». Intrigant.

Nielsen mesurera tout

La firme qui mesure les cotes d'écoute à la télévision américaine s'apprête à étendre son impact au numérique. Wired affirmait cette semaine que Nielsen va bientôt mesurer la fréquentation des sites web, la lecture d'articles en ligne, l'écoute des baladodiffusions, etc. Cette décision de mesurer le contenu, peu importe le contenant, est tout à fait logique quand on observe à quel point les habitudes de consommation de contenus ont changé. ESPN, Sony et Turner, entre autres, se montrent intéressés. Et on les comprend. Cela pourrait favoriser la vente de publicité en ligne et donc contribuer à rentabiliser la production de contenus autres que télévisuels...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer