Mois de la bédé: quand la bédé entre dans l'histoire

Bruno Rouyère lors d'un atelier du Festival BD de... (Photo fournie par le Festival de la BD de Montréal)

Agrandir

Bruno Rouyère lors d'un atelier du Festival BD de Montréal

Photo fournie par le Festival de la BD de Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Bibliothèques de Montréal continuent de promouvoir la bédé jusqu'à la fin du mois de mai. Expositions de planches, rencontres avec des auteurs, activités de création: cette année, c'est la bédé historique qui est à l'honneur. Heureux hasard puisque sera lancé demain l'album Lénine, du dessinateur québécois Denis Rodier.

Faire connaître toute la diversité de la bande dessinée. C'est l'objectif de Maxime Beaulieu, qui a organisé avec Valérie Lampron le 6e Mois de la bédé. Selon ce bibliothécaire de la Ville de Montréal, les bédés circulent maintenant plus que les romans dans le réseau des bibliothèques. Signe des temps, 13 % des prêts sont aujourd'hui des bédés.

«On veut aussi faire connaître la bande dessinée aux adultes, précise-t-il, parce qu'elle est encore aujourd'hui très mal connue d'eux. La bédé n'est pas un genre, c'est un médium à part entière où l'on retrouve de tout: policier, polar, science-fiction, fantastique, histoire. Tous les lecteurs peuvent trouver leur compte.»

Les 45 bibliothèques de Montréal ont chacune leur programme qui culmine avec le Festival BD de Montréal (FBDM). Par exemple, les auteurs de La femme aux cartes postales, Jean-Paul Eid et Claude Paiement, qui ont recréé les clubs de jazz des années 50, participeront à une discussion jeudi à la bibliothèque Henri-Bourassa.

D'autres bédés historiques feront l'objet de discussions ou d'activités: Louis Riel, de Chester Brown; La Petite Patrie, de Julie Rocheleau (adaptation du roman de Claude Jasmin); Nunavik, de Michel Hellman; et Le club des divorcés, manga de Kazuo Kamimura, qui aborde le thème du divorce au Japon.

Un album sur Lénine

De son côté, le dessinateur Denis Rodier, qui a notamment illustré la série Superman pour DC Comics, lancera demain un album historique sur la vie de Lénine.

La bédé scénarisée par Antoine Ozanam (sous la supervision de Marie-Pierre Rey, professeure d'histoire russe et soviétique à l'Université Paris Panthéon-Sorbonne) marque les 100 ans de la révolution bolchevique. Un supplément historique, très bien condensé, a d'ailleurs été ajouté à la fin de l'album.

«J'ai toujours aimé les récits historiques. Ce que je trouve fascinant, c'est de savoir ce qui se passe dans les coulisses, derrière les discours officiels.»

«Avec Marie-Pierre, on a appris plein de choses sur Lénine. On s'est rendu compte qu'il était moins propret qu'on le croyait», poursuit Denis Rodier.

Lénine s'intéresse à la période qui a mené à la révolution de 1917. Le récit commence par la rencontre de Vladimir Oulianov (le vrai nom de Lénine) avec une intellectuelle russe, Nadejda Kroupskaïa, qui deviendra sa femme. On apprend notamment que le frère de Lénine, accusé de terrorisme, a été exécuté par le régime.

Lénine se nourrit des textes de Karl Marx et publie des journaux clandestins de différents pays d'Europe (Allemagne, Suisse, France). Le révolutionnaire en exil précise sa pensée politique. Il dit entre autres ne pas croire à la révolution du prolétariat sans l'instauration d'un «appareil politique puissant».

Lénine... (Image fournie par l’éditeur) - image 2.0

Agrandir

Lénine

Image fournie par l’éditeur

«On nous a toujours présenté Staline comme le vilain et Lénine comme le gentil, nous dit Denis Rodier. Mais c'est beaucoup plus complexe que ça. En fait, on se rend compte que Lénine a mis en place tous les instruments autoritaires que Staline a utilisés. Oui, Staline était un despote, mais Lénine était un stratège finalement assez autoritaire.»

Denis Rodier travaille maintenant sur un nouvel album avec le scénariste Tristan Roulot, Arale, qui sera publié chez Dargaud l'an prochain. L'action se passe toujours en Russie, mais il s'agit d'une science-fiction. Un tsar, plongé dans un coma à la suite d'un attentat, entrera en contact avec un lieutenant qui a pour mission de le sauver.

Lénine. D'Ozanam, Rodier et Rey, éditions Glénat, 48 p.

Le Festival BD de Montréal

Du 26 au 28 mai, l'Espace La Fontaine sera consacré au neuvième art. Tables rondes, conférences, rencontres, ateliers, parmi la soixantaine d'activités organisées par la nouvelle directrice du FBDM Johanne Desrochers, voici quelques suggestions: 

Tables rondes

Femmes inspirantes s'intéresse aux sources d'inspiration d'auteurs comme Catel Muller, qui a publié un album sur Joséphine Baker. Ça se passe le samedi 27 à 11 h. Both Sides of the Mirror aborde la question de la traduction des bédés. Plusieurs auteurs seront présents, dont Zviane. Dimanche à 14 h.

Rencontres

Michel Rabagliati racontera ses aventures le samedi 27 mai à 13 h. L'auteur de la série Paul recevra dimanche le titre de Compagnon des arts et des lettres du Québec. Le prolifique bédéiste français Lewis Trondheim (LapinotInfinity 8Ralph Azham) sera également présent. Dimanche à 11 h.

Ateliers

Des ateliers de dessin manga seront donnés tout le week-end, d'abord avec le groupe O-Taku Manga Lounge, samedi à 10 h et à 15 h. Suivront les ateliers d'Ikko donnés par Stéphanie Philibert et Josiane Sansregret, vendredi à 17 h, puis dimanche à 10 h et 15 h. Une conférence de Mathieu Li-Goyette sur le «parrain» des mangas Osamu Tezuka aura également lieu dimanche à 11 h.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer