2013-02-22 08:41:00.000

M au Métropolis : mojo majuscule

Fidèle à lui-même, M a tout donné sur... (Photo: Alain Décarie, collaboration spéciale)

Agrandir

Fidèle à lui-même, M a tout donné sur la scène du Métropolis hier soir.

Photo: Alain Décarie, collaboration spéciale

Partager

Dossiers >

Festival Montréal en lumière

Arts

Festival Montréal en lumière

Consultez notre dossier complet sur le Festival Montréal en lumière 2011. »

Alexandre Vigneault
La Presse

«On va tout donner, on va tout lâcher», a promis M, au début du premier de deux concerts qu'il présente au Métropolis dans le cadre du festival Montréal en lumière. Comme si on pouvait douter de lui. En 15 ans de fréquentation, l'extravagant rockeur français n'a jamais donné de raison de se plaindre de sa molesse. Nul besoin d'une police d'assurance, même si l'énergumène se disait sous l'effet du décalage horaire et qu'il affirme être en voie de sortir d'une longue adulescence.

M, en résumé, n'a pas donné un spectacle pépère. Remarquez, on a eu un minuscule doute en le voyant commencer le concert derrière un clavier. Sans guitare, donc. Que voulez-vous, lorsqu'on se produit en power trio, on ne peut pas se permettre de ne jouer qu'un rôle. Une fois l'intro de Elle envolée, il a vite repris sa place habituelle, à l'avant-scène, une stratocaster dorée et brillante en bandoulière. Pour rocker, oui.

La formule du power trio a fait ses preuves dans l'histoire du rock. Celui que mène M ne manque pas de puissance. Ni de précision, même si la cohésion n'est pas encore tout à fait parfaite. M venait à peine d'amorcer sa tournée lorsqu'il a pris l'avion pour le Québec. Avec Brad Thomas Ackley à la basstar (croisement entre guitare et basse, bidules non-identifiés en prime) et Laurence Clais à la batterie, propose un rock souvent brut, qui s'appuie également sur quelques séquences préenregistrées (ou relayées en direct, ce n'est pas clair).

Du rock direct, des solos déchaînés - parfois même au beau milieu du parterre - mais contrebalancés, comme toujours, par ce chant suraigu et ces mélodies aériennes. Les chansons de son disque Îl ont été mise en valeur, évidemment, mais M a aussi gâté ses fans avec des titres plus anciens tels Onde sensuelle (de Je dis aime) et À tes souhaits, transformée en un dub pesant mâtiné de rock.

Et la foule? Conquise. Presque d'emblée. Bruyante aussi. Trop heureuse de renouer avec la décharge d'énergie positive que transporte le rockeur. Il venait de se remettre au clavier pour faire Ma mélodie lorsqu'on a dû quitter le Métropolis en raison de l'heure de tombée. M avait interprété une dizaine de morceaux et on sentait que ce n'était que le début. Le rockeur français sera de nouveau au Métropolis ce soir. Il a sûrement mis des réserves d'énergie dans ses bagages pour veiller tard deux soirs de suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer