Collectif Louve: le chant des louves

Amylie, Marie-Pierre Arthur, Laurence Lafond-Beaulne, Salomé Leclerc et Ariane Moffatt... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Amylie, Marie-Pierre Arthur, Laurence Lafond-Beaulne, Salomé Leclerc et Ariane Moffatt monteront demain sur la scène Bell.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que les têtes d'affiche féminines brillent par leur absence dans les festivals québécois, un collectif de musiciennes se produira demain sur la place des Festivals en clôture des FrancoFolies. Mais n'allez pas dire aux principales intéressées qu'elles font un «show de filles»...

Il faut rendre à César ce qui appartient à César: c'est un homme qui a eu l'idée de présenter un spectacle 100 % féminin en clôture des FrancoFolies dans le cadre d'un programme de neuf heures de musique gratuite demain, soit Laurent Saulnier, vice-président à la programmation du festival.

«C'est sa façon de dire que les Francos sont sensibles à la situation des musiciennes. Il avait envie de nous rendre hommage», dit l'auteure-compositrice-interprète Ariane Moffatt.

«Je pense aussi qu'il avait envie de voir des musiciennes sur scène et qu'il est curieux de voir ce que nous allons offrir. C'est une belle curiosité de sa part», ajoute Marie-Pierre Arthur.

Au studio de répétition où nous retrouvons Ariane Moffatt, Marie-Pierre Arthur, Amylie, Laurence Lafond-Beaulne et Salomé Leclerc, l'ambiance est ultrasympathique et les rires sont fréquents.

Ariane Moffatt lance à la blague au photographe Edouard Plante-Fréchette: «Bon, tu veux faire notre photo dans la cuisine! Pourquoi? Parce que nous sommes des filles?»

Très en forme, elle poursuit: «C'est dommage que ce ne soit pas aujourd'hui la Journée sans maquillage. Personne ici n'est maquillé!»

«Mais non, c'est bien que nous soyons au naturel! lui répond Amylie, enceinte elle aussi. Comme les gars, on ne se maquille pas pour les répétitions.»

Pas un «show de filles»

Malgré l'atmosphère bon enfant, nous sentons qu'elles ne prennent pas ce spectacle à la légère et qu'elles veulent utiliser tout le temps qui leur est accordé pour bien répéter.

«Nous sommes toutes à notre première expérience d'un band strictement féminin. La vibe est vraiment cool. Et au niveau de la préparation, nous sommes vraiment efficaces! Beaucoup plus que d'autres répétitions auxquelles j'ai participé... avec des gars, mettons!», affirme Ariane Moffatt.

Les cinq femmes seront sur scène pendant tout le spectacle et elles interpréteront chacune au moins une de leurs compositions, dont Les filles d'Amylie, Tourne encore de Salomé Leclerc et Si tu savais de Marie-Pierre Arthur.

Elles accueilleront également de nombreuses auteures-compositrices-interprètes sur scène, entre autres Les soeurs Boulay, Safia Nolin, Mara Tremblay, Klô Pelgag, Laurence Nerbonne et Les Hay Babies.

Pourquoi avoir baptisé leur collectif Louve?

«Lorsque nous avons choisi le nom, nous avons fait exprès de ne pas mettre une empreinte ultraféministe, explique Ariane Moffatt. On veut juste normaliser la chose. Lorsqu'on voit juste des gars sur un stage, on ne dit pas que c'est un show de gars. Faisons la même chose pour notre show

Sa grande amie Marie-Pierre Arthur enchaîne: «Je ne veux pas que les gens se disent que c'est bon pour un show de filles. Ça sonne aussi mal à mes oreilles que lorsqu'on me dit que je joue bien pour une fille.»

«Moi, je vais là parce que c'est la première fois qu'on me permet de jouer avec toutes ces filles-là. Ça fait longtemps que je me dis qu'elles jouent bien et que je veux jouer avec elles. Mais ça ne se pouvait jamais.»

Qui sont leurs influences féminines? La question les fait réagir et elles lancent aussitôt plusieurs noms comme Nina Simone, Fiona Apple, Kate Bush, Feist et Björk. Clairement, les musiciennes qui explorent et se mettent en danger ont toute leur admiration.

Laurence Lafond-Beaulne, du duo Milk and Bone, s'enflamme en parlant de St. Vincent. «Elle ne se laisse rien imposer, elle ose beaucoup, apporte des concepts intéressants et elle joue, mais elle joue!», dit-elle.

«Moi, je pense à PJ Harvey, confie Marie-Pierre Arthur. Juste ses compositions, c'est incroyable ! Et même à l'âge qu'elle a, elle a toujours un projet créatif différent. Chaque fois que je vais la voir, c'est quelque chose de différent. Elle n'est pas matante et elle ne l'a jamais été.»

Femmes en musique

Au cours du spectacle de Louve, il y aura un clin d'oeil au nouveau mouvement Femmes en musique, qui dénonce le sexisme et les injustices que les artistes subissent dans le milieu musical. Une première assemblée dirigée par Aurélie Lanctôt aura d'ailleurs lieu le 21 juin.

«Je pense que c'est nécessaire avant tout que nous nous voyions en personne et que nous nous parlions les yeux dans les yeux. Il faut structurer le mouvement pour voir ce que nous voulons faire. Après ça, il y aura des actions concrètes», promet Laurence Lafond-Beaulne.

Le collectif Louve sera sur la scène Bell de la place des Festivals demain à 19 h, dans le cadre d'un événement de neuf heures de musique gratuite pour fêter Montréal. Les autres artistes de l'événement, baptisé Vive Montréal aux Francos!: K.O.K.A. (Karim Ouellet et King Adib, DJ set), Philippe Brach, Tiken Jah Fakoly, IAM et Les Cowboys Fringants.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer