Merck fait mieux que prévu

Le laboratoire pharmaceutique américain Merck (MRK) a... (Photo archives AP)

Agrandir

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le laboratoire pharmaceutique américain Merck (MRK) a enregistré un démarrage de l'année bien meilleur que prévu, grâce aux ventes de ses antidiabétiques qui lui ont permis de limiter les conséquences de la perte de certains brevets.

De janvier à fin mars, le bénéfice net est ressorti à 1,70 milliard de dollars, en hausse de 7,04%.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le résultat par action indicateur clé aux États-Unis, s'établit à 88 cents, supérieur de 9 cents à la prévision (79 cents) moyenne des analystes, selon un communiqué.

Les ventes ont baissé de 4% sur un an à 10,26 milliards de dollars, soit moins que les 10,44 dollars attendus par les analystes.

Merck explique qu'elles ont été affectées par un effet de change négatif lié notamment au bolivar vénézuélien.

À Wall Street, l'action prenait 1,50% à 57,53 dollars vers 6h45 (heure de Montréal) dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Comme attendu, le laboratoire a confirmé la baisse (-20%) des ventes du Singulair, son traitement contre l'asthme et des maladies respiratoires, tombé dans le domaine public.

À l'inverse, les recettes tirées de ses antidiabétiques Januvia et Januvet ont progressé de 3%. Idem pour les ventes de ses anti-inflammatoires Remicade et Simponi qui ont grimpé de 16%. Isentress, l'un des antirétroviraux pour traiter le VIH, a vu ses ventes progresser de 8%.

Les recettes des divisions santé animale et produits de consommation grand public ont baissé respectivement 3% et de 4% sur un an.

Le laboratoire américain, qui veut se recentrer sur l'oncologie et la diabétologie, explore des «options stratégiques» pour ces activités.

Il a indiqué avoir présenté son traitement en développement contre l'hépatite C à des pairs et précisé qu'il allait commencer les essais de phase 3 (avant la commercialisation) du Doravirine, traitement expérimental du VIH.

Merck a confirmé par ailleurs ses prévisions d'un bénéfice par action courant annuel situé dans une fourchette entre 3,35 et 3,53 dollars contre une prévision moyenne des analystes à 3,44 dollars. Ses ventes seraient, elles, dans une fourchette comprise entre 42,4 milliards et 43,2 milliards, contre 42,94 milliards attendus.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer