Carlos Leitao promet un budget équilibré

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitao... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitao

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le Québec affichera un budget équilibré en 2015-2016, a réaffirmé mercredi le ministre des Finances, Carlos Leitao.

Le deuxième budget du ministre sera déposé le jeudi 26 mars et marquera un tournant dans le contrôle des finances publiques après six années consécutives de déficits.

Son premier budget avait été présenté en catastrophe en juin, peu après l'élection des libéraux, mais le prochain constituera la première véritable pièce budgétaire indiquant où logera le gouvernement Couillard d'ici la fin du mandat.

«Nous allons tout faire pour que ce budget soit équilibré», a soutenu le ministre en point de presse.

«On a trouvé le moyen d'exercer cette gestion rigoureuse des dépenses», a renchéri le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, qui a dû identifier au cours des derniers mois 1 milliard $ de coupes additionnelles à imposer à l'appareil de l'État pour permettre à son collègue de crier victoire.

Il a dit que le gouvernement continuerait à gérer les finances publiques du Québec «très prudemment», la marge de manoeuvre demeurant fort limitée.

M. Leitao n'a pas voulu donner d'indice à savoir si les contribuables allaient devoir payer un prix, en termes d'alourdissement du fardeau fiscal ou de réduction des services, pour faire en sorte que le gouvernement puisse boucler son budget comme prévu.

Il est donc resté muet sur de possibles modifications au régime fiscal des Québécois, tant des particuliers que des entreprises.

On sait que Québec s'apprête à revoir au cours des prochaines années l'ensemble de la fiscalité, pour la rendre plus équitable. Mais on ne sait pas si, au bout du compte, on doit s'attendre à payer plus ou moins de taxes et d'impôts.

«Nous n'avons aucune intention d'alourdir le fardeau fiscal des Québécois», s'est contenté de dire M. Leitao, qui n'a pas mentionné dans quelle mesure il comptait appliquer à la lettre les recommandations du rapport Godbout.

Le dépôt du budget, le 26 mars, suivra de quelques jours la publication du rapport du comité d'experts dirigé par Luc Godbout et chargé de revoir en profondeur la fiscalité des Québécois. Le rapport sera rendu public le 19 mars. M. Godbout est reconnu pour privilégier un régime favorisant de fortes taxes à la consommation (TVQ) assorties d'impôts modérés.

Il ne faut pas s'attendre à un grand chambardement fiscal à court terme, car M. Leitao a rappelé l'importance d'offrir un environnement stable et prévisible aux entreprises, sur le plan fiscal.

«L'équilibre budgétaire n'est pas une fin en soi, selon M. Leitao. C'est un moyen pour asseoir comme il faut la crédibilité de l'État et la stabilité financière de l'État.» C'est là «l'élément principal» considéré lors d'un processus d'investissement, a-t-il fait valoir. Les entreprises ne veulent pas «faire face à d'éventuels changements majeurs dans le régime fiscal», selon lui.

En décembre, à l'occasion de sa mise à jour économique, le ministre Leitao avait maintenu la cible du déficit pour 2014-2015 à 2,35 milliards de dollars.

Québec avait alors alourdi le fardeau fiscal des particuliers de 262 millions et celui de diverses sociétés (banques, compagnies d'assurances, centres de recherche) de 338 millions de dollars, par la réduction des crédits d'impôt disponibles.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer