Electrolux ferme ses portes deux jours plus tôt que prévu

L'usine de la multinationale suédoise Electrolux à L'Assomption... (Photo Bartek Sadowski, Archives Bloomberg)

Agrandir

L'usine de la multinationale suédoise Electrolux à L'Assomption devait fermer ses portes le 18 juillet. C'est finalement aujourd'hui que les employés ont effectué leur dernier jour de travail.

Photo Bartek Sadowski, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Sioui
La Presse

La fin a été abrupte à l'usine Electrolux de L'Assomption : les employés ont été avisés de quitter leurs postes de travail en plein milieu de l'après-midi, mercredi. Ils ont donc été 1300 à perdre leur emploi, deux jours plus tôt que ce qui avait été prévu.

La fermeture définitive de l'usine, annoncée en 2010, devait avoir lieu vendredi.

« Mais vers 14 h 30, les travailleurs ont appris par une annonce dans le système d'interphone que c'était leur dernière journée de travail », a résumé Dominic Durand, du syndicat des machinistes.

Il croit que la direction a choisi de fermer l'usine en avance pour limiter les impacts médiatiques. « Les travailleurs aussi avaient demandé du respect », a-t-il ajouté. « Ils ne voulaient pas être vus comme des phénomènes, avoir les "spots" des caméras sur eux. »

Sans doute s'attendaient-ils à une journée forte en émotions. « Il y avait des gens en larmes, d'autres étaient sans mots. On n'est jamais vraiment préparés à ça, même si on était en attente depuis 2010. On arrive à la conclusion, ce n'est pas facile », a laissé tomber Dominic Durand.

Electrolux n'a pas justifié sa décision de fermer l'usine plus tôt. « Les opérations ont ralenti pendant la semaine et la plupart des équipes sont maintenant parties », s'est contentée de dire Eloise Hale, porte-parole de l'entreprise au Canada. La production sera transférée vers une nouvelle usine située à Memphis, au Tennessee. 

Se disant « solidaire » avec les travailleurs mis à pied, la préfète de la MRC de L'Assomption, Chantal Deschamps, a exigé que le site actuel d'Electrolux, qui s'étend sur 1,2 million de pieds carrés, devienne une « zone de création d'emplois ».

Le gouvernement provincial a quant à lui annoncé, la semaine dernière, que les travailleurs d'Electrolux âgés de 50 ans et plus auraient droit à un supplément salarial pendant 52 semaines.

« C'est tout Lanaudière qui écope », a déclaré Dominic Durand, avant de formuler deux souhaits. Le représentant syndical aimerait voir de nouvelles entreprises s'installer à L'Assomption. Et il souhaite à mes 1300 collègues de se retrouver un emploi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer