Ottawa veut adapter ses politiques culturelles à l'internet

Dans un avenir proche, les GAFA (Google, Apple,... (La Presse)

Agrandir

Dans un avenir proche, les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon et autres plateformes numériques) devront «respecter nos politiques culturelles, et aussi mieux répartir les bénéfices liés à leur modèle d'affaires», a ainsi indiqué au journal Le Devoir la ministre Joly, de retour d'une mission dans la Silicon Valley.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le gouvernement canadien veut réformer ses politiques culturelles afin de mieux encadrer les géants d'internet qui «agissent en dehors des cadres règlementaires» et échappent notamment à l'impôt fédéral, a indiqué mercredi le ministère de la Culture.

«Le gouvernement du Canada reconnait que les grandes entreprises d'internet agissent en dehors des cadres règlementaires et peuvent être une menace à notre culture», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la ministre fédérale du Patrimoine (culture) Mélanie Joly.

Il faut avant tout dépoussiérer la loi sur la Radiodiffusion qui date de 1991 par un processus de révision qui va être prochainement entamé, a expliqué cette source.

Après avoir d'abord refusé toute «taxe Netflix», le gouvernement libéral de Justin Trudeau semble avoir entendu la colère des milieux culturels et d'une partie de l'opposition qui réclament que les grandes entreprises d'internet soient taxées au même titre que les entreprises canadiennes.

Dans un avenir proche, les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon et autres plateformes numériques) devront «respecter nos politiques culturelles, et aussi mieux répartir les bénéfices liés à leur modèle d'affaires», a ainsi indiqué au journal Le Devoir la ministre Joly, de retour d'une mission dans la Silicon Valley.

«Le problème fondamental est que les GAFA ne reconnaissent pas leurs responsabilités», a relevé la ministre qui a pour chef de cabinet l'ex-directrice des communications de Google au Canada.

Les géants d'internet «ne reconnaissent pas l'ampleur de leur pouvoir, due à leur taille, à leur portée et à leur impact dans les secteurs comme le journalisme et la culture. Il y a un changement fondamental de culture que les GAFA doivent faire, parce que c'est très préoccupant», a ajouté la ministre Joly.

Pour la ministre, le concept de diversité culturelle «n'est pas connu aux États-Unis», d'où sont originaires les GAFA. Les gouvernements européens sont toutefois des «alliés pour la diversité».

Mme Joly et son cabinet n'ont pas été en mesure toutefois de préciser un calendrier précis sur ces réformes.

En attendant le fédéral, le gouvernement du Québec devrait annoncer à la fin du mois une taxe sur la vente des services de streaming de Netflix.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer