Artisanat en ligne: Etsy lance une offensive au Québec

La directrice nationale d'Etsy Canada, Erin Green, souligne que... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

La directrice nationale d'Etsy Canada, Erin Green, souligne que le Québec a une culture du "fait localement" qui rend la province particulièrement intéressante pour une expansion.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Arrivée au Canada il y a 18 mois, Etsy veut désormais prendre plus de place au Québec. «Nous nous sommes d'abord implantés à Toronto, raconte Erin Green, directrice nationale d'Etsy Canada. Cette année, on va mettre plus d'accent sur le Québec, l'Alberta et la Colombie-Britannique. Bien des gens connaissent Etsy, mais il y a place à bien des opportunités.»

Le site en ligne qui permet à des artisans d'exposer leurs bijoux, coussins et vêtements et à des consommateurs, de les acheter, a récemment embauché la firme de relations publiques Casacom et fait de l'animatrice Marie-Soleil Michon sa porte-parole. «Elle représente bien la marque, estime Erin Green. Avec Casacom, nous avons beaucoup cherché pour trouver l'ambassadrice parfaite. Marie-Soleil Michon aime notre site. Elle comprend la marque. Elle va travailler avec nous sur plusieurs projets.»

«C'est une experte en consommation, notamment grâce à son émission à Télé-Québec, ajoute Marie-Josée Gagnon, présidente de Casacom. Et elle est autant crédible qu'accessible.»

Lancée en 2005 et basée à New York, Etsy compte désormais 25 millions d'articles inscrits et 40 millions d'acheteurs et vendeurs dans le monde. L'entreprise ne dévoile pas de chiffres par marché (Canada, France, Angleterre, Allemagne...) et ne veut pas dire à quel chiffre d'affaires elle aspire dans la province.

En 2013, le chiffre d'affaires global était de 1,35 milliard US. Des rumeurs d'inscription en Bourse courent depuis quelques années. «Le Canada est prioritaire pour nous cette année, dit toutefois Erin Green. Au Québec, par exemple, nous estimons qu'il y a toute une culture de «fait localement» qui nous attire.»

Mieux se faire connaître

Etsy pourrait bientôt se faire voir notamment dans une campagne publicitaire en affichage. Erin Green, de passage à Montréal la semaine dernière, avait à son agenda un rendez-vous avec Astral Affichage. «On va aussi assurer une présence dans des événements d'artisans locaux et se coller à des marques aimées, comme Frank&Oak», résume Erin Green.

«Dans les mois à venir, on va mettre l'accent sur la promotion du site et le recrutement d'artisans», explique Marie-Josée Gagnon. Et faire comprendre ce qu'est l'entreprise exactement.

Dans le passé, Etsy a eu affaire à des gens qui revendaient des articles et non juste à des artisans qui faisaient la promotion de leurs créations. «Nous avons une équipe qui s'assure qu'il n'y en ait pas, affirme Erin Green. Et les vendeurs sont souvent nos meilleures polices pour les détecter! Notre plus grand défi est de faire comprendre aux gens qu'il y a une différence entre Etsy et eBay. On peut facilement communiquer avec les artisans. Il y a une transparence dans les transactions.»

Pour chaque transaction, Etsy retire 3,5% de la vente. Et il en coûte 20 cents pour chaque objet listé, majoritairement des bijoux, articles de décoration et objets vintage. Et ce, depuis 2005. «Je veux qu'on sache que c'est une plateforme que tout le monde peut utiliser et où on peut trouver des items originaux, mentionne Erin Green. J'aimerais d'ailleurs y avoir plus d'objets d'art.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer