Jean Gattuso: un pas de plus sur le marché américain pour Lassonde

Jean Gattuso, président des Industries Lassonde.... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Jean Gattuso, président des Industries Lassonde.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a trois ans, Industries Lassonde mettait solidement le pied aux États-Unis en réalisant l'acquisition de Clement Pappas and Company, le deuxième fabricant américain de jus de marques privées. Hier, Lassonde a fait un pas de plus en sol américain, annonçant l'achat du fabricant de jus Apple&Eve, le plus important producteur à capital fermé de jus de marques nationales.

Déjà leader canadien dans la fabrication et la vente de jus de marques privées (Metro, Loblaws et Sobeys) et de marques nationales avec ses produits Oasis, Lassonde et Allen, Industries Lassonde a entrepris un virage stratégique en s'attaquant au marché américain à l'été 2011.

L'acquisition de Clement Pappas au coût de 410 millions a permis à l'entreprise de Rougemont de mettre la main sur le deuxième plus important fabricant de jus de marques privées aux États-Unis, derrière Cott.

Clement Pappas exploite 5 usines, qui ont généré des revenus de 400 millions sur le chiffre d'affaires de 1,04 milliard qu'a enregistré le groupe québécois l'an dernier.

«L'industrie des jus totalise des revenus annuels de plus de 10 milliards aux États-Unis, et le marché est très morcelé. Il y a place à consolidation et c'est pourquoi on a réalisé l'acquisition de Clement Pappas», rappelle Jean Gattuso, président et chef des opérations d'Industries Lassonde.

Cette première transaction a donné l'impulsion au groupe afin de poursuivre son expansion américaine.

Lassonde a annoncé hier qu'elle allait débourser 150 millions US pour faire l'acquisition d'Apple&Eve, un fabricant de jus de marques nationales qui a réalisé des ventes de 190 millions US l'an dernier et dégagé un bénéfice avant impôt de 15,2 millions US.

«On fait l'achat d'une marque nationale prestigieuse, d'un groupe qui a un grand sens de l'innovation. Le niveau de notoriété d'Apple&Eve est équivalent à celui d'Oasis au Canada.

«L'entreprise a été créée par la famille Crane et a toujours été très innovante. Ce sont les premiers qui ont mis en marché, en 1982, les petites boîtes de jus pour les lunchs.

«Ils ont développé un portefeuille de marques telles que Organics, Fruitables - des jus de fruits et de légumes -, Waterfruits et Sesame Street», souligne Jean Gattuso, qui a finalisé la transaction dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les deux groupes ont entrepris les pourparlers en début d'année. La famille Crane, qui a fondé l'entreprise dans les années 70, avait cédé, en 2007, 70% de ses actions au fonds d'investissement ClearLight Partners qui était mûr pour réaliser une transaction.

Maximiser les potentialités

«Ça fait des années que je suis membre de la Juice Processors Association aux États-Unis et c'est là que j'ai fait la connaissance de la famille Crane. On a commencé à se parler sérieusement en janvier.

«C'est le plus important distributeur privé américain. Ils ont un réseau impressionnant. J'étais à New York, la semaine dernière, et j'ai rencontré un de leurs agents de commercialisation qui distribue nos produits dans pas moins de 28 500 commerces dans la région de l'Est des États-Unis. Des dépanneurs, les grandes chaînes d'épiceries, les coopératives d'achats telles que Costco», souligne Jean Gattuso.

Apple&Eve n'a pas d'activités industrielles. Tous ses produits sont fabriqués par des fabricants sous-traitants, dont Clement Pappas, qui appartient à Lassonde.

Le groupe ne compte que 80 employés, dont une redoutable équipe dévouée à l'innovation et au marketing.

«On n'achète pas des actifs, mais une marque nationale. Au cours des prochains mois, on va travailler à maximiser les synergies entre nos activités.

«C'est sûr qu'on va hausser notre part de fabrication des jus d'Apple&Eve, mais le plus important, c'est qu'on a maintenant une marque et une présence nationales qu'on va s'activer à développer», précise le président de Lassonde.

Une transaction bien accueillie

Cette nouvelle percée de Lassonde aux États-Unis a été bien accueillie à la Bourse de Toronto, où le titre du fabricant québécois s'est apprécié de 8% pour terminer la semaine à 119$.

Ce qui n'impressionne pas Jean Gattuso.

«C'est la conséquence des bons résultats que l'on obtient, mais ce n'est jamais le but de nos actions. Tant mieux si c'est bien accueilli, mais nous, on s'intéresse d'abord à développer l'entreprise», observe-t-il.

Le bond de 8% enregistré hier par l'action de Lassonde a été réalisé même si seulement 4000 actions ont changé de main.

Pierre-Paul Lassonde, président exécutif du conseil et chef de la direction de l'entreprise de Rougemont, possède 54% des actions en circulation et 93% des droits de vote. De gros investisseurs institutionnels ont aussi des blocs importants.

Lassonde ne prévoit tout de même pas financer cette transaction par l'émission de nouvelles actions.

«On va financer la transaction en partie avec les liquidités de notre division américaine et par un financement bancaire de 75 millions», précise Jean Gattuso.

La famille Lassonde a pris une participation de 10% dans Apple&Eve comme elle l'a fait lors de l'acquisition de Clement Pappas.

Il y a trois ans, la famille Pappas avait conservé une participation de 19% dans son entreprise, mais Lassonde a complété le rachat de la totalité de son ancien partenaire le mois dernier.

«On a une vision de développement à l'échelle nord-américaine. On va absorber cette acquisition et on va continuer à rester vigilants», prévient Jean Gattuso.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer