L'énergie éolienne coûte toujours cher

Le prix de l'électricité de source éolienne a... (PHOTO: PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Le prix de l'électricité de source éolienne a baissé, mias il est encore loin de pouvoir se comparer à celui de l'hydroélectricité au Québec.

PHOTO: PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Hélène Baril

Hydro-Québec a choisi 3 des 54 projets qui lui avaient été soumis lors de son appel d'offres pour 450 mégawatts d'énergie éolienne. Le prix moyen de l'énergie sera de 6,3 cents le kilowattheure, soit le prix le plus bas jamais obtenu pour de l'énergie éolienne par Hydro-Québec.

Il n'en fallait pas plus pour que plusieurs soutiennent que le prix de l'énergie éolienne est maintenant comparable à celui de l'hydroélectricité, et notamment de celui des nouvelles centrales la Romaine-2, dont le coût de production est de 6,0 cents le kilowattheure.

C'est ce qu'a fait, par exemple, le président et directeur général de l'Association québécoise des producteurs d'énergie renouvelable, Jean-François Samray.

«À 6,3 cents du kilowattheure, le prix moyen de l'énergie des soumissions retenues est le plus bas obtenu à date pour les appels d'offres au Québec. À ce chapitre l'éolien est compétitif avec les grandes centrales hydrauliques et constitue une alternative incontournable à prendre en considération.»

C'est vrai que le prix de l'énergie éolienne a baissé, mais il faut faire attention avant de sauter à cette conclusion et comparer ce qui se compare.

L'énergie éolienne est intermittente, et on ne peut pas compter sur elle tout le temps, mais plutôt 35% du temps. L'énergie hydroélectrique est régulière, et on peut compter sur elle 100% du temps.

Il faut tenir compte de cette différence majeure dans le facteur d'utilisation pour comparer les prix des deux types d'énergie.

Le prix de l'électricité de source éolienne a baissé, mais il est encore loin de pouvoir se comparer à celui de l'hydroélectricité au Québec. L'énergie éolienne n'est pas une filière concurrentielle, mais une énergie subventionnée qui contribue à faire augmenter la facture des clients d'Hydro-Québec.

LA LNH SE MET AU VERT

La Ligue nationale de hockey (LNH) a entrepris à son tour de se mettre au vert et de réduire son empreinte environnementale et celle de ses 30 équipes. Les changements climatiques et la rareté de l'eau pourraient avoir des conséquences sur l'industrie du hockey à long terme, et Gary Bettman s'en inquiète.

La LNH s'est associée au géant américain de l'énergie Constellation pour élaborer une stratégie d'efficacité énergétique et acheter des crédits afin de compenser ses émissions de gaz à effet de serre.

La ligue évalue ses émissions de gaz à effet de serre à 550 000 tonnes par an. C'est l'équivalent de l'usine d'engrais que veulent construire IFFCO et La Coop fédérée à Bécancour, projet qui vient d'être mis de côté.

DES GRANULES À LA TONNE

Le granule est en vogue. La fabrication de granules de bois destinés à la production d'énergie a augmenté de 12% en 2013 dans le monde, pour atteindre le niveau record de 22 millions de tonnes. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), cette croissance s'explique par les objectifs d'augmenter la part des énergies vertes dans le bilan des pays européens.

L'Union européenne veut augmenter de 14% à 27% la part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique des pays membres à l'horizon 2030. L'Amérique du Nord est un important fournisseur pour l'Europe, comme le savent les résidants de Québec qui ont vu apparaître en bordure du fleuve deux énormes silos d'entreposage de 45 mètres de hauteur pour les granules de l'Ontario en partance pour l'Europe.

L'exportation de granules de l'Amérique du Nord vers l'Europe a doublé entre 2012 et 2013.

PAS SI VERTES, LES VOITURES ÉLECTRIQUES

Ceux qui roulent en voiture électrique ont la certitude de contribuer à l'assainissement de l'air. Pas si sûr. En fait, ça dépend d'où vient l'électricité qui sert à recharger la batterie du véhicule. Une étude américaine sur l'impact environnemental du cycle de vie des véhicules conventionnels, électriques et hybrides constate que si l'électricité est générée par le charbon, une voiture tout électrique produit 3,6 fois plus de contaminants pour l'environnement qu'une voiture à essence.

Aux États-Unis, 39% de l'électricité est produite dans des centrales au charbon. Les États les plus dépendants du charbon sont la Virginie-Occidentale, le Wyoming, l'Ohio, le Dakota-du-Nord et l'Illinois.

Sources: Bloomberg, Hydro-Québec, Courrier international, Associated Press, Financial Post




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer