Les métaux précieux ballottés par la crise en Ukraine

Le métal jaune a commencé la semaine en... (Photo Associated Press)

Agrandir

Le métal jaune a commencé la semaine en hausse, avant de chuter brutalement.

Photo Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse

Les métaux précieux ont été ballottés cette semaine au gré des rebondissements de la crise en Ukraine, décrochant mercredi après le geste d'apaisement du président russe Vladimir Poutine.

Le métal jaune a commencé la semaine en hausse, grimpant lundi jusqu'à son plus haut niveau en trois semaines, à 1315,70 dollars l'once, alors que des combats faisaient rage en Ukraine.

Le marché redoutait alors que l'Ukraine ne glisse dans la guerre civile. Dans un contexte d'incertitude, les investisseurs tendent à éviter les actifs les plus risqués et à privilégier les actifs jugés les plus sûrs, au premier rang desquels se situe l'or.

L'or a ensuite chuté brutalement mercredi, tombant sous les 1290 dollars l'once, après le geste d'apaisement du président russe Vladimir Poutine, qui a demandé aux insurgés pro-russes d'Ukraine de reporter le référendum d'indépendance.

Cette «nouvelle inattendue de la Russie a occasionné d'importantes pertes pour les marchés des métaux précieux, conduisant l'or bien en deçà des 1300 dollars l'once», ont noté les économistes de Commerzbank.

L'argent, considéré comme une alternative bon marché à l'or, et les métaux platinoïdes ont été entraînés dans le sillage de l'or, chutant fortement mercredi.

Le platine et le palladium sont ainsi redescendus de leurs sommets atteints mardi à respectivement 1459,13 dollars l'once (au plus haut depuis mi-avril) et 821,45 dollars (un maximum depuis août 2011).

Les métaux platinoïdes avaient bénéficié de la poursuite de la grève dans la plupart des mines sud-africaines des trois principaux producteurs mondiaux de platine, après le rejet par le syndicat radical Acmu de la dernière offre des employeurs.

Le mouvement de grève, qui est entré jeudi dans sa seizième semaine, a jusqu'ici coûté 7,5 milliards de rands (524 millions d'euros) aux employés et 17 milliards de rands (1,18 milliard d'euros) aux industriels en production perdue, selon eux.

En fin de semaine, l'or se maintenait autour des 1290 dollars l'once, les opérateurs de marché attendant avec prudence de voir le déroulement des évènements ce week-end en Ukraine où les insurgés pro-russes ont décidé de maintenir le référendum de dimanche.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer