TransCanada vise le rail en cas de rejet de Keystone XL

Le président et chef de la direction de TransCanada (T.TRP),... (Photo Daniel Acker, archives Bloomberg)

Agrandir

Photo Daniel Acker, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rob Gilles
La Presse Canadienne

Le président et chef de la direction de TransCanada (T.TRP), Russ Girling, a prévenu mercredi que si l'administration Obama n'approuvait pas la controversée canalisation Keystone XL, son entreprise se tournerait vers la construction de complexes ferroviaires en Alberta et en Oklahoma, une solution de rechange plus dangereuse.

Le président américain Barack Obama doit prendre une décision tôt cette année au sujet de Keystone XL, projet qu'examine actuellement le département d'État américain. Le pipeline projeté par l'entreprise de Calgary, retardé depuis un bon moment, doit permettre d'acheminer du pétrole du Canada jusqu'à la côte du golfe du Mexique.

M. Girling a estimé que les canalisations représentaient une «solution de loin plus sécuritaire» que le transport ferroviaire de pétrole, ajoutant cependant que si les clients voulaient qu'il construise des terminaux ferroviaires, il le ferait. Il a d'ailleurs indiqué avoir entrepris des discussions avec des sociétés pétrolières et ferroviaires.

Des préoccupations entourent l'utilisation croissante de trains pour transporter du pétrole à travers l'Amérique du Nord, le nombre des récents déraillements suscitant l'inquiétude tant de responsables que des gens habitant à proximité des voies de chemin de fer.

Le déraillement et l'explosion subséquente d'un train comportant 72 wagons de pétrole à Lac-Mégantic, le 6 juillet, a causé la mort de 47 personnes. Le 30 décembre, un train a déraillé puis explosé dans le Dakota du Nord, causant l'évacuation d'une ville située à proximité. Et plus tôt ce mois-ci, un train transportant du pétrole et du gaz a explosé au Nouveau-Brunswick, rendant nécessaires des évacuations.

M. Girling a indiqué que TransCanada envisagerait de construire un terminal ferroviaire à Hardisty, en Alberta, où la canalisation doit débuter. Il songerait également à construire un terminal d'importation à Cushing, en Oklahoma, emplacement du plus important centre de stockage de produits pétroliers aux États-Unis.

La partie sud de Keystone XL, courant entre Cushing et la côte du golfe du Mexique, doit être connectée la semaine prochaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer