Véronique Marineau: gestionnaire de copropriété

Véronique Marineau est gestionnaire de copropriété chez Gestactif. Elle répond... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Didier Bert

Collaboration spéciale

La Presse

Véronique Marineau est gestionnaire de copropriété chez Gestactif. Elle répond à nos questions sur son métier.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Cela a été une question d'opportunité. Le directeur de Gestactif est un de mes anciens collègues. Il recrute régulièrement, car le développement des ventes de condos a créé un besoin de gestionnaires de copropriété.

En quoi consiste votre travail ?

J'accompagne le conseil d'administration du syndicat des copropriétaires dans la gestion de leur immeuble. Cela peut aller de la comptabilité jusqu'à assurer la maintenance complète du bâtiment.

Qu'avez-vous fait comme études ?

J'ai fait un baccalauréat en économie politique à l'Université de Montréal. Je ne me destinais pas particulièrement à ce métier. Aujourd'hui, les formations en gestion de copropriété sont encore récentes.

Quel a été votre cheminement professionnel ?

J'ai été entraîneuse en natation et en nage synchronisée. J'ai été recrutée pour ma sensibilité aux autres, et aussi parce que je suis propriétaire de mon logement depuis sept ans. Je l'ai renouvelé au complet, ce qui m'a apporté des notions en gestion de bâtiment, du point de vue de l'occupant.

Décrivez une journée typique de travail.

Je peux passer du temps au bureau pour appeler des fournisseurs ou des assureurs après un dégât. Mais je vais aussi dans les immeubles pour faire le point sur les travaux, ou pour une rencontre avec les copropriétaires. Cela implique une portion de travail en soirée. Il arrive de faire des permanences hebdomadaires.

Quel est votre plus grand défi ?

Il faut savoir gérer les priorités. Les gens s'attendent souvent à ce qu'on réponde dans les cinq minutes à leur courriel. Mieux vaut poser des actions que passer du temps à répondre à chaque message.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail ?

J'en apprends tous les jours. Chaque journée m'amène mon lot de casse-tête, comme une infiltration d'eau dont on ne parvient pas à trouver l'origine. Il y a des cycles saisonniers, mais jamais deux journées pareilles.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier ?

Quand les copropriétaires ne sont pas au conseil d'administration de leur syndicat, ils ne voient souvent pas le travail que nous réalisons. Ils le constatent quand nous venons résoudre un problème chez eux... c'est comme les pompiers !

Quelles sont les qualités et aptitudes requises ?

Notre travail en est un de service à la clientèle. Nous devons établir des relations humaines avec les administrateurs et avec les fournisseurs de tous les domaines. Nous devons aussi gérer les conflits entre copropriétaires. Cela demande de se mettre à distance, car nous rencontrons les gens chez eux. Il peut y avoir beaucoup d'émotion.

Agent de gestion immobilière

Salaire annuel : 47 000 $

Personnes en emploi : 7000

Perspectives d'emploi (2012-2017) : favorables

Taux de chômage : faible

Demande de main-d'oeuvre (2011-2017) : modérée

Source : Emploi-Québec




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer