Question pour un patron: Ne jamais lâcher

« Pour l'instant, on ne pense pas établir... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

« Pour l'instant, on ne pense pas établir le Groupe Germain ailleurs dans le monde. Si quelqu'un nous approchait avec une offre qu'on ne peut pas refuser, pour un hôtel à Londres ou Paris, par exemple, la réponse serait peut-être différente», affirme Christiane Germain.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

La Presse donne la parole aux grands dirigeants du Québec. Chaque samedi, un patron répond à cinq questions posées par le chef d'entreprise interviewé la semaine précédente. Et ainsi de suite. La coprésidente et cofondatrice du Groupe Germain, Christiane Germain, répond aujourd'hui aux questions du président et chef de la direction de DuProprio, Marco Dodier.

Q: Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu en affaires et le meilleur que vous pourriez donner à un jeune entrepreneur?

R: Le meilleur conseil que j'ai reçu est celui de ne jamais lâcher. C'est aussi celui que je donnerais à quelqu'un qui se lance en affaires. Il faut persévérer, ne jamais accepter un non comme réponse, à moins que notre demande soit déraisonnable, évidemment. Récemment, j'étais avec un groupe de femmes qui voulaient justement des conseils professionnels. Je leur ai dit que ce n'est pas parce qu'on a un refus qu'il faut se décourager et baisser les bras.

J'ai l'impression que dans notre société aujourd'hui, on valorise seulement le succès et on a peur de l'échec. J'ai pourtant appris beaucoup de mes erreurs. Il faut les vivre, prendre du recul et ne pas perdre confiance en ses moyens. Il faut aussi suivre son instinct.

Q: Qui vous a le plus inspiré dans votre carrière?

R: Mes parents, sans aucun doute. J'ai grandi dans l'entreprise familiale et ce sont eux qui m'ont le plus appris dans ma carrière. Ils m'ont transmis la passion du travail, le sens des affaires, l'envie de toujours essayer quelque chose de nouveau.

Q: Que faites-vous pour avoir une vie équilibrée malgré votre travail?

R: Je n'évalue pas l'équilibre sur une base quotidienne et heureusement!

Pour moi, la conciliation travail-famille ne se concrétise pas chaque jour. J'ai eu des années déséquilibrées, notamment quand ma fille était petite. Je n'avais pas le temps de souffler. Aujourd'hui, l'équilibre se fait mieux. Mais c'est sûr qu'il faut faire des sacrifices, on ne peut pas tout avoir.

Q Vous partagez la présidence de votre entreprise avec votre frère Jean-Yves. Quels sont les avantages et les inconvénients?

R Mon frère et moi, on se connaît beaucoup. On se comprend sans avoir besoin de tout s'expliquer. Nous sommes complémentaires aussi, nous avons chacun nos expertises et nous les respectons. Nous nous faisons confiance. L'entreprise prospère grâce à ça.

Les points négatifs ne sont vraiment pas nombreux. La famille est très importante, pour moi comme pour lui. J'ai un associé, avec qui, malgré les mésententes, je veux partager le repas de Noël! Cette situation nous force à régler les conflits plus rapidement, à mettre de l'eau dans notre vin.

Q: Si vous pouviez avoir n'importe quel hôtel dans le monde, autre que les vôtres, lequel choisiriez-vous et pourquoi?

R: La réponse varie selon mes envies, je ne peux pas en nommer un seul, même si je voyage beaucoup. Si j'ai envie de luxe et de glamour, je choisirai un palace à Paris. Et si je veux la tranquillité, j'opterai pour un hôtel perdu en pleine nature. Je recherche surtout des expériences uniques et originales quand je voyage. Je privilégie les petites entreprises, les grandes chaînes hôtelières ne m'intéressent pas.

Pour l'instant, on ne pense pas établir le Groupe Germain ailleurs dans le monde. Si quelqu'un nous approchait avec une offre qu'on ne peut pas refuser, pour un hôtel à Londres ou Paris, par exemple, la réponse serait peut-être différente. On pourrait aussi décider éventuellement de tester le marché américain, mais ce n'est pas dans les plans à court terme. On se concentre sur le marché canadien.

Le parcours de Christiane Germain en bref

> Âge: 59 ans

> Études: Elle est diplômée en administration hôtelière du Humber College de Toronto.

> Coprésidente depuis: 1988

> Nombre d'employés: plus de 500

> Avant d'être coprésidente: Elle a commencé sa carrière comme caissière dans une banque. Elle a ensuite dirigé quelques restaurants de Québec: le Cousin Germain, le Café Saint-Honoré et le Saint-Ô. Elle a ouvert son premier hôtel en 1988, avec son frère.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer