Question pour un patron: curiosité, écoute et passion

Thierry Vandal, président et directeur général d'Hydro-Québec, visite... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Thierry Vandal, président et directeur général d'Hydro-Québec, visite les écoles chaque année pour encourager les jeunes à poursuivre leurs études.

Photo André Pichette, La Presse

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

La Presse donne la parole aux grands dirigeants du Québec. Chaque semaine, un patron répond à cinq questions posées par le chef d'entreprise interviewé la semaine précédente. Et ainsi de suite. Le président-directeur général d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, répond aux questions de Marie-Josée Lamothe, directrice générale de Google Québec et directrice générale, Stratégie de marque et produits de consommation pour Google Canada.

Qu'est-ce qui distingue un leader d'un bon gestionnaire?

Je crois que la réponse est nuancée. Pour réussir à long terme, on doit avoir une vision stratégique. C'est ce que possède le leader, et c'est peut-être ce qui le distingue du gestionnaire. Cela étant dit, une stratégie sans exécution demeure un rêve. Les gestionnaires sont essentiels. Et il y en a qui sont inspirants. Les leaders et les gestionnaires ont aussi des qualités communes: la curiosité, l'écoute et la passion.

On sait que l'innovation génère la croissance et la rentabilité. Quel est votre secret pour y arriver au sein d'une entreprise de la taille d'Hydro-Québec?

C'est une drôle de question venant de Google, qui n'arrête pas d'innover! Notre secret, qui n'en est pas vraiment un, c'est la qualité des gens qui travaillent chez nous. Ils ont un niveau d'expertise technique important. Notre réflexe d'innovation n'est pas nouveau, il est ancré dans l'entreprise depuis longtemps. On n'hésite pas à essayer de nouvelles choses, à repousser les limites de la science, à tenter d'aller encore plus loin. L'innovation fait partie de notre structure de travail. Les idées passent dans un entonnoir, où elles sont testées à chaque étape.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu?

Celui de lire, que j'ai reçu très jeune. Je lis de tout, des romans historiques aux biographies, en passant par les romans d'espionnage. J'ai été notamment marqué par L'Évangile selon Pilate, d'Eric-Emmanuel Schmitt. Malgré mon horaire chargé, j'essaie de lire tous les soirs avec ma fille de 7 ans. Je prends aussi du temps pour lire en vacances et dans mes moments libres. La lecture nous permet d'apprendre et de développer notre curiosité.

Quel (s) conseil (s) de carrière donneriez-vous à une personne de 15 ans, 30 ans et 45 ans?

Je vais chaque année dans une école de Montréal pour encourager les jeunes, d'environ 15 ans justement, à poursuivre leurs études. Je leur conseille de plonger, d'apprendre tous les jours en lisant, en surfant sur le web, en essayant de nouveaux trucs.

C'est l'âge pour découvrir ses passions. Trente ans est un moment charnière où l'on peut encore se réorienter. Je ne dis pas que la vie est un long fleuve tranquille, mais je suis convaincu qu'il faut faire ce que l'on aime tous les jours, malgré les difficultés. Si ce n'est pas le cas, je conseille aux trentenaires de lancer un projet qui leur tient à coeur ou de changer de carrière.

Quarante-cinq ans marque la période la plus productive de la carrière, selon moi. On connaît nos forces et nos faiblesses. On sait ce que l'on veut. À cet âge, il faut faire confiance à son instinct et foncer.

Quel est votre plus grand rêve professionnel?

C'est une question délicate. Je ne suis pas un artiste qui rêverait de se produire à l'Olympia, par exemple. Je dirais que mon rêve se réalise tous les jours, en travaillant pour Hydro-Québec. J'ai travaillé sur les chantiers de la société d'État pendant mes études et je suis bien content d'y être revenu. L'ingénieur en moi est notamment fier du développement de l'énergie renouvelable. À moyen long terme, mon rêve est de mettre en place l'électrification des transports collectifs et individuels au Québec. À voir les initiatives de recherche et l'expertise que nous avons, je suis optimiste.

Le parcours de Thierry Vandal en bref

> Âge: 53 ans

> Études: Thierry Vandal a obtenu un baccalauréat en ingénierie de Polytechnique Montréal et une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal.

> Président-directeur général depuis: avril 2005

> Nombre d'employés: 20 200

> Avant d'être à la tête d'Hydro-Québec: Il a travaillé dans le secteur pétrolier, l'industrie pétrochimique ainsi que dans le secteur du gaz naturel. Il s'est joint à Hydro-Québec en 1996.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer