Portrait: Yohan Ladouceur, ingénieur procédés et projets

Yohan Ladouceur est ingénieur procédés et projets chez... (PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Yohan Ladouceur est ingénieur procédés et projets chez Cepsa Chimie Bécancour.

PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, LE NOUVELLISTE

Didier Bert

Collaboration spéciale

La Presse

Yohan Ladouceur est ingénieur procédés et projets chez Cepsa Chimie Bécancour. Il répond à nos questions sur son métier.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai toujours eu la bosse des sciences. Tout jeune, je m'amusais à mélanger les parfums. Et j'ai eu un bon professeur de chimie, au secondaire, qui m'a donné le goût d'avancer dans cette voie.

En quoi consiste votre travail?

Je suis responsable de développer des projets qui rendront l'usine plus performante, en fait de qualité et de sécurité. Par exemple, je travaille actuellement sur un projet de récupération de la chaleur de l'usine, qui nous permettra de fabriquer de l'énergie et de réduire ainsi notre consommation d'électricité.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en génie chimique à l'Université McGill. Auparavant, j'avais fait un cégep en sciences pures et appliquées, qui ouvre de nombreuses portes.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Après l'université, j'ai voulu retourner à Bécancour, dont je suis originaire. J'ai alors travaillé en électrochimie chez Norsk Hydro, une firme norvégienne qui m'a envoyé successivement travailler en Norvège, au Qatar et en Arabie saoudite. Au bout de quatre ans, je suis revenu au Québec chez Cepsa Chimie Bécancour.

Décrivez une journée typique de travail.

La journée commence par la réunion du matin, durant laquelle les ingénieurs et les opérateurs discutent de ce qui va bien ou mal dans l'usine. On fait le point sur ce qui s'est passé la nuit précédente. On échange les informations sur les projets à venir. La suite de la journée se compose de calculs et de recherches à mon bureau, ainsi que de réunions.

Quel est votre plus grand défi?

Mon défi quotidien, c'est de mener à bien notre projet de récupération de chaleur, que nous appelons notre projet Manhattan!

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

Quand on pense à un projet, qu'on le met en oeuvre et que cela fonctionne, c'est une grande fierté.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Souvent, les gens ont de la misère à comprendre ce qu'on fait. L'usine fabrique un produit utilisé dans la majorité des détergents domestiques. Ce n'est pas aussi facile à expliquer que le métier de pompier!

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il est essentiel d'être curieux et imaginatif. Il faut toujours trouver quelque chose qui améliorera la sécurité et l'efficacité dans l'usine.

En chiffres

Perspectives d'emploi (2012-2016): favorables

Taux de chômage (2011): faible

Demande de main-d'oeuvre (2011-2016): modérée

Salaire annuel moyen (2005): 87 000 $

Source: Emploi-Québec - Information sur le marché du travail




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer