Michel Fortin, un patron pas comme les autres

Michel Fortin est directeur général de la Fondation... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Michel Fortin est directeur général de la Fondation de l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal depuis trois ans.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

Michel Fortin est loin d'être un patron strict et structuré. Le directeur général de la Fondation de l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal dirige plutôt avec son coeur et suit son instinct.

«Lorsqu'on est gestionnaire, il faut prendre en considération les gens que l'on dirige. Je vois le leadership comme le résultat du respect qu'il y a entre nous. La chimie que l'on partage tous nous permet de créer quelque chose», croit-il. Après avoir travaillé chez Desjardins et à l'hôpital Charles-Le Moyne, il coordonne depuis trois ans deux employés permanents, un conseil d'administration, des comités et plusieurs bénévoles. 

Il admet d'emblée qu'il n'est pas un patron idéal, mais qu'il sait toutefois s'entourer des personnes idéales. Résultat: chacun est son propre patron et dispose de beaucoup de liberté.

De la créativité à revendre

Selon Michel Fortin, son rôle est de s'organiser pour que la créativité serve à la Fondation. Il encourage tout le monde à prendre le temps de réfléchir. Les membres de son équipe ne restent d'ailleurs pas devant leur bureau toute la journée. «Je leur demande d'aller se promener, de socialiser avec les autres employés et les patients. Ce temps n'est pas perdu, puisqu'ils reviennent avec plein de bonnes idées», assure-t-il.

Michel Fortin est particulièrement emballé par les événements qu'ils organisent, comme le casino qui servira à amasser des fonds pour la Fondation. «On ose, on propose de nouvelles façons de faire. Mon style de gestion a transformé l'atmosphère», estime celui qui avoue qu'il possède autant de rigueur que de folie. Ce dernier n'hésite pas à faire affaire avec des jeunes ni à aller chercher des collaborateurs à l'externe.

Humour et honnêteté

Le patron ne croit pas aux formules toutes faites pour renforcer l'esprit d'équipe. Il mise par contre sur l'honnêteté. «Dans l'équipe, on se dit tout. La formule est gagnante, puisqu'on se connaît bien, on se supporte et on s'entraide. Et je peux m'adapter à leur état d'esprit.» Il discute également beaucoup avec ses collègues et il ne prend jamais de décisions seul.

L'humour est l'autre arme que Michel Fortin a dans sa manche. «L'humour permet de tout dire, de se comprendre et de bien communiquer, estime-t-il. Avec un sourire, tout va bien.»

Paroles d'employée

«Mon patron est audacieux et créatif. Sa saine délinquance contraste avec le style de gestion du milieu de la santé. Il peut prendre des risques et trancher à l'encontre de ce qui devrait être normalement fait pour explorer de nouvelles avenues.Il sait faire confiance. Nous avons développé en peu de temps une complicité qui épate nos collaborateurs. Nous avons convenu que nous nous disions tout et c'est toujours bien accueilli de part et d'autre. Il a un sens de l'humour décapant et le travail se fait dans le plaisir. Nous ruminons ensemble les embûches et déceptions lorsqu'elles se présentent pour mieux rebondir.»

- Louise Fournier, agente de développement et communications

L'avis d'une experte

«L'automotivation repose sur le sentiment d'autonomie et de compétence, ainsi que sur l'affiliation avec nos collègues. Nous avons une belle illustration d'un gestionnaire qui en tient compte, au quotidien. La prise de risques qu'il encourage accroît sans doute la marge de manoeuvre perçue par ses collaborateurs. En les invitant à innover, il les incite à se développer et à se dépasser. Les comportements décrits témoignent aussi de l'importance qu'il accorde aux saines relations interpersonnelles. Monsieur Fortin prône l'ouverture et la transparence. Aussi, il exprime et sollicite les sentiments des autres, ce qui contribue sans doute à la complicité à laquelle réfère madame Fournier. Il semble avoir bien compris qu'il est un modèle et que des paroles non appuyées par des actions restent vaines. Je perçois qu'il s'agit d'un gestionnaire qui démontre une grande cohérence entre ce qu'il dit et ce qu'il fait. Rien de tel pour inspirer confiance!»

- Manon Cléroux, consultante, coach et formatrice, Réseau DOF




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer