Retards de paiement dans la construction: des entrepreneurs se regroupent

Cette alliance regroupe ainsi des associations provinciales d'entrepreneurs... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Cette alliance regroupe ainsi des associations provinciales d'entrepreneurs du Québec, de l'Ontario et de la Saskatchewan, soit, pour le moment, 400 membres, mais elle espère en regrouper davantage et de partout au pays.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Échaudés par le problème des retards de paiement qu'ils ont dénoncés au gouvernement du Québec, des entrepreneurs généraux de la construction viennent de former une alliance pour parler d'une seule voix sur cette question au gouvernement du Canada.

Et leur regroupement prend forme alors que le gouvernement fédéral s'apprête à lancer une consultation sur cette question, a indiqué mercredi au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne Éric Côté, vice-président de l'Alliance des entrepreneurs généraux du Canada.

Cette alliance regroupe ainsi des associations provinciales d'entrepreneurs du Québec, de l'Ontario et de la Saskatchewan, soit, pour le moment, 400 membres, mais elle espère en regrouper davantage et de partout au pays.

«Les préoccupations des entrepreneurs généraux à travers le Canada sont assez similaires. Le fait de ne pas se faire payer ou d'avoir des situations contractuelles difficiles fait en sorte que ça menace la survie de certaines entreprises ou le bon fonctionnement de certains, qui se retrouvent avec des manques de liquidités et ça limite leur marge de manoeuvre», a rapporté M. Côté.

Au Québec, les entrepreneurs se sont maintes fois plaints des retards de paiement dans les contrats publics, souvent engendrés par des vérifications plus poussées, particulièrement depuis la Commission Charbonneau. Les autorités se méfient des «extras» qui sont demandés aux contrats ou vérifient les quantités requises et livrées, par exemple. Certains entrepreneurs affirmaient même éprouver des difficultés financières tant les paiements tardaient.

«C'est normal que le client, le gouvernement, surveille les choses qui sont faites. Et ça, on est tout à fait d'accord. Toutefois, il ne faut pas que ça devienne, pour certains décideurs, par manque d'expertise, ou par méconnaissance, ou par de mauvais plans et devis qui auront été faits, un prétexte pour retarder l'exécution des contrats», a objecté M. Côté, qui est aussi vice-président exécutif de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec.

La question des contrats publics est d'autant plus d'intérêt que le gouvernement fédéral a décidé d'investir dans divers projets d'infrastructures afin de stimuler l'économie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer