L'Indice des prix à la consommation augmente de 1 % sur un an

Les prix à la consommation ont augmenté dans... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Les prix à la consommation ont augmenté dans six provinces au cours de la période de 12 mois se terminant en février, la hausse la plus prononcée ayant été enregistrée en Ontario.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
OTTAWA

L'inflation canadienne est restée stable en février, l'indice des prix à la consommation n'ayant progressé que de 1,0 % par rapport au même mois l'an dernier - une hausse identique à celle de janvier, encore une fois attribuable à la faiblesse persistante des prix de l'essence, a indiqué vendredi Statistique Canada.

Outre l'essence, les prix ont grimpé dans presque toutes les autres catégories observées par l'agence fédérale.

Les prix de l'essence ont retraité de 21,8 % en février par rapport à l'an dernier, tandis que ceux du mazout ont culbuté de 23,4 %.

Cependant, des économistes ont insisté sur la vigueur de l'inflation de base, qui exclut certains des éléments dont les prix sont plus volatils, comme l'essence et les fruits et légumes frais, et qui est surveillée de près par la Banque du Canada.

L'inflation de base s'est établie à 2,1 % le mois dernier, en baisse par rapport à celle de 2,2 % de janvier.

La banque centrale privilégie une inflation le plus près possible de sa cible idéale de 2 %, et elle peut ajuster son taux de financement à un jour pour l'aider à atteindre cet objectif.

Selon Jimmy Jean, un économiste chez Desjardins Marché des capitaux, la résilience de l'inflation de base devrait avoir une influence considérable sur la Banque du Canada lorsqu'elle prendra une décision sur son taux d'intérêt directeur le mois prochain.

«C'est quelque chose qui pourrait leur dire qu'il vaut peut-être mieux attendre», a estimé M. Jean, qui s'attend à ce que la banque laisse son taux à 0,75 % lors de sa décision du 15 avril.

À cet égard, deux discours prévus la semaine prochaine - un du gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz, et un autre d'un de ses sous-gouverneurs, Timothy Lane - ne manqueront pas d'intéresser les observateurs à la recherche d'indices sur les prochaines décisions sur les taux d'intérêt, a indiqué M. Jean.

Pour ce qui est des pressions à la hausse des prix, le rapport de Statistique Canada a fait état de coûts plus élevés dans certaines catégories comme celle de l'alimentation, où les prix ont gagné 3,9 %, et celle de l'habitation, où ils ont grimpé de 1,8 %. Parmi les plus importantes hausses de prix par rapport à l'an dernier se trouvaient celle de la viande, soit 12,4 %, et celle et du gaz naturel, de 10,8 %.

Par ailleurs, des analystes ont noté que plusieurs des hausses de prix observées d'un mois à l'autre étaient liées à des produits particulièrement sensibles aux variations du taux de change, comme les voyages organisés et les meubles. Le dollar canadien se déprécie depuis des mois.

«La meilleure description qu'on pourrait faire des perspectives de l'inflation pour 2015 est une lutte entre diverses forces», a estimé l'économiste Diana Petramala, de la Banque TD, dans une note à ses clients.

«Plus précisément, la combinaison de la baisse des prix de l'essence et de la faiblesse du dollar canadien continue de creuser l'écart entre l'indice des prix à la consommation et l'inflation de base de la Banque du Canada.»

Pour souligner l'impact du recul des prix de l'essence à la pompe, Statistique Canada a précisé que l'inflation annuelle se serait établie à 2,2 % en février si les prix de l'essence avaient été exclus.

Malgré tout, les prix de l'essence ont grimpé de 9,4 % en février par rapport à janvier. Cette progression faisait suite à sept mois consécutifs de baisse et constituait la croissance mensuelle la plus importante depuis celle de 12,4 % de mars 2007.

Sur une base désaisonnalisée, l'indice des prix à la consommation a avancé de 0,2 % en février, après avoir cédé 0,2 % en janvier, décembre et novembre.

L'inflation annuelle a grimpé dans six provinces en février. L'indice des prix à la consommation de l'Ontario a connu la plus importante hausse du mois, soit 1,3 %, a précisé Statistique Canada.

Au Québec, l'inflation s'est établie à 1,1 %, après s'être chiffrée à 0,7 % en janvier. Les prix des vêtements ont grimpé de 4,5 % dans la province en février, alors qu'ils avaient diminué de 1,8 % le mois précédent.

Par ailleurs, Statistique Canada a aussi indiqué vendredi que les ventes au détail avaient retraité de 1,7 % en janvier, pour s'établir à 41,36 milliards de dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer