Confidentialité: les entreprises incitées à la transparence

Le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada estime que toutes les... (Photo Archives AP)

Agrandir

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne

Le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada estime que toutes les entreprises - surtout celles qui font des affaires en ligne - devraient afficher en toute transparence leur politique de confidentialité.

Dans son rapport annuel, Daniel Therrien soutient que les sites Internet doivent clairement expliquer quelles informations personnelles sont recueillies, comment elles sont utilisées, si elles sont transmises à des tiers, et si oui, dans quel but.

M. Therrien pense que l'explication devrait être facile à trouver, claire et utile - en d'autres mots: qu'elle soit compréhensible sans qu'on ait besoin d'un diplôme en droit. On devrait aussi retrouver un lien vers une personne ressource à qui les clients peuvent envoyer leurs questions et faire part de leurs préoccupations.

«Les entreprises doivent trouver des solutions dynamiques et créatives pour transmettre aux intéressés l'information sur la protection des renseignements personnels dont ils ont besoin pour prendre des décisions en toute connaissance de cause», écrit le commissaire.

M. Therrien note qu'en cette ère d'achats à partir de la maison, les clients sont devenus non seulement des consommateurs mais aussi des produits, depuis que les compagnies ont commencé à recueillir et analyser leurs données personnelles de façon systématique.

«Plusieurs services électroniques sont gratuits, mais ce sont les renseignements personnels qui deviennent la monnaie d'échange. Autrement dit, le contenu gratuit se paye non en dollars mais plutôt en données personnelles», selon le rapport. «Et plus souvent qu'autrement, c'est l'entreprise récoltant les données sur Internet, et non le client qui les confie, qui détermine ce qui en arrive par la suite.»

M. Therrien a le mandat de veiller notamment à ce que le secteur privé respecte les droits relatifs à la vie privée, et aussi d'enquêter sur de possibles violations de ces droits.

Dans un cas, le commissariat a jugé qu'Apple n'avait pas été transparent en collectant de l'information de transactions des utilisateurs pour créer des identités Apple, même si certaines applications, comme des jeux ou des services électroniques de nouvelles, pouvaient être téléchargés sans frais. Après enquête, Apple a dit qu'elle allait se pencher sur la question.

Dans un autre cas, Apple a rehaussé son niveau de confidentialité en donnant aux utilisateurs d'iPhones, iPads et iPods plus de contrôle sur l'information recueillie sur eux dans le but de favoriser des publicités ciblées.

Google a aussi retenu l'attention après qu'un homme ayant fait des recherches sur Internet pour des options médicales contre l'apnée du sommeil a été choqué de voir des annonces pour de tels produits quand il s'est trouvé, plus tard, sur des sites n'y étant pas reliés du tout, indique le rapport. Le commissaire à la vie privée a conclu que de l'information personnelle délicate était prise de façon inappropriée pour mieux cibler les réclames du service de publicité de Google. La compagnie a promis de remédier à la situation.

Des 67 plaintes examinées en 2013 par le commissaire, 43 étaient fondées.

M. Therrien a par ailleurs souligné que les gouvernements sont eux aussi intéressés par les renseignements personnels des citoyens obtenus par le secteur privé, qu'ils obtiennent parfois au nom de la sécurité nationale et de la justice.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer