Les prix du sucre toujours en chute libre

Rien que ces trois dernières semaines, les cours... (Photo Bloomberg)

Agrandir

Rien que ces trois dernières semaines, les cours du sucre n'ont cessé de marquer des plus bas depuis plusieurs années.

Photo Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse

Les prix du sucre ont continué leur chute cette semaine, marquant de nouveaux plus bas en plusieurs années, tandis que le cacao grimpait à un plus haut en deux ans et demi et que le café rebondissait.

Les prix du sucre ont poursuivi leur chute cette semaine, tombant mardi à 399,10 dollars la tonne à Londres, un minimum depuis avril 2009, et à 14,70 cents la livre à New York, au plus bas depuis juin 2010.

«Alors que les prix du sucre sont en chute libre depuis mi-octobre 2013, les récents évènements dans les marchés émergents, notamment en Argentine, ont conduit à des inquiétudes de contagion au Brésil (premier exportateur mondial) et à plus de pression sur les prix du sucre», a expliqué Christopher Narayanan, analyste chez Société Générale.

Rien que ces trois dernières semaines, les cours du sucre n'ont cessé de marquer des plus bas depuis plusieurs années.

La chute des devises des pays émergents accentue la pression sur les cours du sucre puisqu'elle incite les producteurs à vendre leur récolte. Ils reçoivent en effet plus d'argent dans leur monnaie pour des produits vendus à l'extérieur en dollars.

Plus généralement, «les prix du sucre restent sous pression d'un excédent d'offre au niveau mondial, d'un bon début de la récolte en Thaïlande (deuxième exportateur mondial, ndlr), de l'incertitude autour du programme d'aide à l'exportation en Inde et d'une demande peu enthousiaste», a rappelé M. Narayanan.

Le marché mondial du sucre devrait se trouver en excédent d'offre de 4,73 millions de tonnes en 2013/2014, selon l'Organisation internationale du sucre (ISO).

Le cacao dopé par des rumeurs d'aggravation du déficit d'offre

Les cours du cacao ont grimpé à de nouveaux plus hauts en deux ans et demi cette semaine, après des rumeurs d'un creusement du déficit d'offre sur le marché mondial.

La fève brune est ainsi montée jusqu'à 1 865 livres sterling la tonne vendredi à Londres et 2 933 dollars la tonne mardi à New York, au plus haut depuis début septembre 2011.

En début de semaine, «des chiffres non confirmés par l'Organisation internationale du cacao (ICCO) ont poussé les prix à la hausse: selon ces données, les stocks mondiaux auraient chuté de 310 000 tonnes à la fin de la saison 2012/13», ont expliqué les économistes de Commerzbank.

L'ICCO a dû démentir cette information mardi en fin d'échanges européens, expliquant que l'enquête sur les stocks menée chaque année avait cette fois «sous-estimé» les stocks mondiaux.

Ainsi, l'ICCO a maintenu son estimation d'un déficit de 160 000 tonnes pour la saison 2012/13, qui «pourra seulement être révisée lors de son prochain rapport attendu fin févier 2014».

Les cours du cacao ont fortement progressé l'année dernière (+25 %) en raison d'un marché de plus en plus resserré entre une offre déclinante et une demande en forte hausse.

Le café rebondit grâce à des achats à bon compte

Les prix du café ont rebondi cette semaine, après avoir atteint la semaine dernière des plus bas depuis le début de l'année, notamment grâce à des achats à bon compte selon des analystes.

Vendredi, le robusta a atteint 1 826 dollars la tonne à Londres, un plus haut depuis 6 mois, tandis que l'arabica a marqué un plus haut depuis le début de l'année, à 123,45 cents la livre à New York.

«Les fermiers vietnamiens commencent à partir en vacances pour la fête du Nouvel An, donc il y a une absence de ventes physiques de robusta. De plus les stocks sur la bourse Liffe ne cessent de baisser, ce qui rend les spéculateurs et les acheteurs de café légèrement nerveux», a expliqué à l'AFP Kona Haque, analyste pour les matières premières agricoles chez Macquarie.

«Mais les fondamentaux (du marché) demeurent baissiers pour cette matière première, à cause de bonnes conditions météorologiques dans beaucoup de régions» productrices, ont rappelé les experts de la revue spécialisée The Public Ledger.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer