Le taux de chômage demeure à 7,1 %

Le taux de chômage est demeuré inchangé à 7,1 % en décembre, a annoncé vendredi... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES PC)

Agrandir

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le taux de chômage est demeuré inchangé à 7,1 % en décembre, a annoncé vendredi Statistique Canada.

L'emploi en décembre a connu une légère hausse, soit de 22 800 (+0,1 %). Et selon l'agence fédérale, cette augmentation s'explique surtout par le travail à temps partiel. C'est que si on a enregistré 29 200 emplois de plus au pays en décembre, on a également vu disparaître, pendant la même période, 6400 emplois à temps plein.

À l'échelle provinciale, l'emploi a progressé uniquement en Ontario, alors qu'il a diminué en Saskatchewan, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu'à l'Île-du-Prince-Édouard. Au Québec, pour le cinquième mois consécutif, ces statistiques ont peu bougé.

Le taux de chômage au Québec a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 7,8 %, du fait d'une hausse du nombre de personnes à la recherche de travail. En décembre, 349 300 Québécois étaient comptés comme chômeurs. Et la province a enregistré 12 700 emplois de plus qu'en novembre, à comparer aux 34 900 emplois supplémentaires en Ontario.

Les chiffres de décembre révèlent qu'il y avait plus de personnes travaillant dans le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale, les services d'enseignement ainsi que dans la finance, les assurances, l'immobilier et la location. Parallèlement, l'emploi a diminué dans les services d'hébergement et de restauration ainsi que dans l'agriculture.

Le nombre de travailleurs autonomes a augmenté en décembre, tandis que celui des employés des secteurs public et privé a connu peu de variation. L'emploi a augmenté chez les personnes âgées de 55 ans et plus, mais il a peu varié dans les autres groupes démographiques.

L'étude de Statistique Canada, publiée vendredi matin, revient également sur l'année 2015.

Au cours des 12 mois ayant pris fin en décembre, la hausse de l'emploi s'est chiffrée à 158 000 ou à 0,9 %, soit un taux légèrement supérieur à celui de 0,7 % enregistré aussi bien en 2013 qu'en 2014.

La Colombie britannique est la province qui a connu la meilleure augmentation d'emplois en 2015, soit 2,3 % grâce à 52 000 emplois de plus qu'en 2014.

Terre-Neuve-et-Labrador est la seule province qui a vu un déclin du nombre d'emplois, perdant 4300 travailleurs par rapport à 2014.

C'est le secteur des ressources naturelles qui a été le plus touché par les pertes d'emploi. Le niveau d'emploi dans ces industries a diminué de 6,8 % en 2015, après la chute du prix du pétrole. Pendant ce temps, le secteur manufacturier, qui a pu bénéficier de la faiblesse du dollar canadien, a enregistré une augmentation de 2,1 %, l'an dernier.

Permis de construction

D'autre part, Statistique Canada a également publié les plus récents chiffres sur les permis de construction au pays.

Les municipalités ont émis en novembre des permis pour des projets de 6,2 milliards de dollars, une diminution de 19,6 % par rapport à octobre.

Les permis de construction résidentielle s'élevaient à 4 milliards en novembre, une baisse de 17,8 % par rapport au mois précédent. Les permis pour les immeubles non résidentiels se chiffraient à 2,2 milliards, une diminution de 22,7 % par rapport à octobre.

Le taux par province

(mois précédent entre parenthèses)

- Terre-Neuve et Labrador 14,4 % (13,0 %)

- Île-du-Prince-Édouard 9,7 % (10,4 %)

- Nouvelle-Écosse 8,6 % (8,6 %)

- Nouveau-Brunswick 8,9 % (8,7 %)

- Québec 7,8 % (7,5 %)

- Ontario 6,7 % (6,9 %)

- Manitoba 5,9 % (6,1 %)

- Saskatchewan 5,5 % (5,5 %)

- Alberta 7,0 % (7,0 %)

- Colombie-Britannique 6,7 % (6,2 %)




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer