Valeant tente de rassurer le milieu de la santé

Le siège social de la société pharmaceutique Valeant,... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le siège social de la société pharmaceutique Valeant, à Laval.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne

En raison de la controverse entourant la fin de sa relation d'affaires avec la pharmacie américaine Philidor, Valeant a écrit à des médecins et autres professionnels de la santé aux États-Unis afin de les rassurer.

Dans une missive de deux pages, son président et chef de la direction, Michael Pearson, assure que ceux-ci pourront continuer à prescrire les médicaments de son entreprise.

Il explique entre autres que la pharmaceutique lavalloise entend déployer une série de mesures afin d'éviter des coûts supplémentaires aux patients concernés par la fin de sa collaboration avec Philidor, spécialisée dans les commandes postales.

Ensuite, Valeant mettra de l'avant un programme qui sera disponible à travers les principales chaînes de pharmacies ainsi que des établissements indépendants.

La multinationale avait coupé ses liens avec Philidor le 30 octobre dernier après avoir perdu confiance à l'endroit de son partenaire américain en raison «d'allégations inappropriées».

Des employés de Philidor auraient modifié des prescriptions pour qu'elles réfèrent à des médicaments fabriqués par Valeant plutôt que leur version générique moins dispendieuse.

«Nous savons que plusieurs médecins et patients sont préoccupés par les récentes allégations entourant Philidor et nous le sommes tout autant», écrit M. Pearson dans sa lettre.

C'est la firme Citron Research qui avait contribué à déclencher la controverse sur les liens entre Valeant et Philidor, il y a près de deux semaines.

Dans un rapport, elle suggérait que l'entreprise lavalloise utilisait des pharmacies affiliées à son partenaire américain dans le but d'accumuler des stocks pour ensuite présenter ces transactions comme des ventes.

Secouée en Bourse, Valeant avait réfuté ces allégations en mettant sur pied un comité ad hoc pour enquêter sur les informations de la firme dirigée par le vendeur à découvert Andrew Left.

Lundi, Citron Research est revenue sur sa promesse de publier un autre rapport explosif au sujet de la multinationale.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, le titre de Valeant cotait à 129 $, en baisse de 2,18%, ou 2,83 $.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer