Apple recrute le chef d'orchestre de Beats

Le grand public américain connaît notamment Jimmy Iovine comme... (PHOTO GUS RUELAS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le grand public américain connaît notamment Jimmy Iovine comme un ancien coach de l'émission télévisée American Idol, qu'il a quitté en 2013 après trois saisons.

PHOTO GUS RUELAS, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rob Lever
Agence France-Presse
WASHINGTON

En payant 3 milliards de dollars pour Beats, Apple a aussi acquis une carte maîtresse en la personne de Jimmy Iovine, co-fondateur de la startup californienne avec le rappeur Dr Dre et grande figure de l'industrie musicale.

Beats, plus gros achat de l'histoire d'Apple, permet au groupe informatique américain de mettre la main sur une marque de casques stéréo prisée des sportifs et des vedettes, ainsi que sur un service de musique en ligne par abonnement en streaming (flux sans téléchargement), Beats Music.

Mais c'est aussi un recrutement de talents, Dr Dre et surtout Jimmy Iovine, qui, à 61 ans, dispose de connexions à fort potentiel dans le monde musical.

«C'est vraiment quelqu'un qui connaît la musique et qui est aimé des artistes», indique un responsable du secteur à l'AFP sous couvert de l'anonymat. «Il est de la vieille école. Il n'est pas sorti d'une école de management mais il a la musique dans le sang, et cela parle aux artistes».

Natif du quartier new-yorkais de Brooklyn, Jimmy Iovine est fils de docker et a commencé sa carrière dans le secteur en faisant le ménage dans des studios d'enregistrement, avant de devenir ingénieur du son pour John Lennon et Bruce Springsteen (qui l'a même cité dans une de ses chansons), puis de produire des artistes comme Dire Straits, Patti Smith ou U2.

Son label Interscope, fondé en 1989 et aujourd'hui intégré à Universal Music Group (groupe Vivendi), a entre autres en catalogue Dr Dre, Eminem, les Black Eyed Peas, Lady Gaga ou Mary J. Blige.

Le grand public américain le connaît aussi comme un ancien coach de l'émission télévisée American Idol, qu'il a quitté en 2013 après trois saisons.

Profiter des secrets des producteurs 

D'après plusieurs comptes-rendus de l'histoire d'Apple, Jimmy Iovine avait joué un rôle clé pour convaincre Steve Jobs, l'emblématique patron-fondateur du groupe informatique aujourd'hui décédé, de lancer en 2002 la boutique en ligne iTunes, qui deviendrait incontournable pour les téléchargements payants de musique en ligne.

Certains le considèrent aussi comme un visionnaire pour avoir senti venir la nouvelle tendance de l'écoute directe de musique en ligne («streaming») par l'intermédiaire d'abonnements à des sites comme le suédois Spotify. Ce mode de consommation apparaît aujourd'hui comme un relais de croissance, tandis que les téléchargements payants de musique commencent à ralentir.

«La manière de découvrir ce qui se passe vraiment dans la musique, c'est de parler aux producteurs de disques», disait Jimmy Iovine dans une interview lors des Grammy Awards 2013 où ses contributions au secteur avaient été saluées. «Ils prennent le pouls de tout. Ils vivent dans le studio d'enregistrement. Ils savent ce que veulent les artistes».

Certains analystes restent sceptiques sur l'achat de Beats par Apple, à l'image de ceux de Bank of America/Merrill Lynch qui «doutent que cette opération débouche sur une nouvelle catégorie de produits importante et nécessaire» pour le groupe à la pomme, sept ans après le premier iPhone et quatre ans après l'iPad.

D'autres y voient justement un moyen de continuer à exister face aux nouveaux acteurs de la musique en streaming.

«La stratégie d'iTunes dans la musique, qui a été défiée récemment, pourrait bénéficier des nouvelles embauches», souligne ainsi la banque Morgan Stanley, rappelant que Jimmy «Iovine a été un des premiers responsables de l'industrie musicale à anticiper le déclin des téléchargements et à dire que les services par abonnement et de streaming en ligne étaient l'avenir de la musique».

Beats pourrait aussi aider Apple à améliorer son propre service de musique en streaming, iTunes Radio, lancé l'an dernier mais «un désastre total», selon Trip Chowdhry de Global Equities Research.

Beats Music compte seulement 250 000 abonnés «mais avec le pouvoir de distribution d'Apple (sur l'iPhone, l'iPad et via l'Appstore), les abonnements au service de streaming musical Beats Music pourraient facilement grimper jusqu'à 20 millions dans les prochains 12 à 18 mois», estime l'analyste.

Par comparaison, Spotify revendique 40 millions d'utilisateurs dans 56 pays, dont 10 millions d'abonnés payants.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer