Le vaccin contre le VPH continue de susciter des craintes chez les parents

Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés... (Archives La Presse canadienne, Chuck Stoody)

Agrandir

Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés de 9-10 ans qui ont reçu au moins deux doses de vaccin contre les VPH, selon des données fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS).

Archives La Presse canadienne, Chuck Stoody

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline St-Pierre
La Presse Canadienne

Vacciner ou ne pas vacciner? Alors que la rentrée scolaire est encore toute récente, plusieurs parents d'élèves de quatrième année doivent maintenant décider s'ils consentiront ou non à l'injection du vaccin contre les virus du papillome humain (VPH) pour leur enfant, une décision qui continue de susciter craintes et hésitations.

Le programme de vaccination contre les VPH vise notamment à prévenir les cas de cancer du col de l'utérus.

Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés de 9-10 ans qui ont reçu au moins deux doses de vaccin contre les VPH, selon des données fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). Pour l'ensemble de la quatrième année du primaire, la couverture vaccinale contre les VPH s'est élevée à 73% chez les filles, proportion identique à celle de l'année précédente, souligne le ministère. Du côté les garçons, pour qui la couverture était offerte dans les écoles pour la première fois l'an dernier, on a observé un taux de 69%.

L'objectif du MSSS est une couverture vaccinale de 90%.

Ève Dubé, chercheure et anthropologue à l'Institut national de la santé publique du Québec, souligne toutefois que les cas d'enfants non vaccinés ne sont pas tous des cas où les parents ont refusé la vaccination. Dans certains cas, le formulaire de consentement n'a tout simplement pas été retourné, que ce soit par oubli, en raison de problèmes de littératie chez certains parents qui font en sorte que le formulaire est mal compris, ou encore par manque de temps pour s'informer.

Le vaccin contre les VPH a été testé par les autorités sanitaires du Canada et d'ailleurs dans le monde, qui ont conclu à son efficacité et à son innocuité. Le Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale de l'Organisation mondiale de la santé a réitéré, au cours de l'été, que le vaccin anti-VPH est «extrêmement sûr».

Malgré tout, certaines craintes persistent.

«Ce qu'on entend le plus souvent [de la part de parents], c'est la couverture médiatique négative qui a entouré [la campagne de vaccination], souligne Mme Dubé, dont les recherches s'intéressent aux causes des refus de la vaccination. Dès le début du programme, il y a eu des commentaires un peu négatifs. [...] Tout ça, c'est inquiétant pour le parent. On invoque beaucoup ça, il y a un peu de désinformation dans les médias par rapport à ce vaccin-là.»

Le directeur du département d'oncologie de la Faculté de médecine de l'Université McGill, Eduardo Franco, insiste sur l'innocuité du vaccin et, surtout, sur son efficacité pour contrer les VPH et, du même coup, le cancer du col utérin.

«Après le contrôle du tabagisme, je considère la vaccination contre les VPH comme étant la plus grande conquête de l'humanité contre le cancer», tranche-t-il, précisant par la suite que «c'est la première fois que nous pouvons enfin songer à utiliser le verbe 'éradiquer' pour un type de cancer».

«Avec la vaccination contre les VPH et les méthodes modernes de détection du cancer du col de l'utérus, nous pouvons finalement éliminer un type de cancer.»

Vacciner des enfants contre une ITS

Pour certains parents, l'hésitation à vacciner vient d'un inconfort à l'idée de protéger leur jeune enfant d'une infection transmissible sexuellement, puisque le virus se transmet lors de relations sexuelles, rapporte Ève Dubé.

Or, c'est entre 9 et 11 ans que le système immunitaire répond le mieux au vaccin contre les VPH, et il est préférable que l'enfant soit vacciné avant d'être exposé à la maladie, donc avant les premières relations sexuelles.

Pour ce qui est des effets secondaires, ils demeurent rares et minimes.

«Le risque d'anaphylaxie a été caractérisé comme étant approximativement de 1,7 cas par million de doses et la syncope a été reconnue comme une réaction courante à l'injection, associée au stress ou à l'anxiété. Aucune autre réaction indésirable n'a été identifiée», indiquait l'Organisation mondiale de la santé dans un rapport datant de l'été dernier.

Mme Dubé souligne de son côté que certains cas d'effets secondaires rapportés dans les médias n'ont pas été démontrés comme étant effectivement liés au vaccin, mais ont quand même contribué à susciter la crainte chez certains parents.

«Tout ce qui touche à la santé publique a des effets secondaires. Il n'y a pas de vaccin parfaitement sécuritaire, mais les avantages sont monumentalement plus grands que les risques des effets secondaires, qui sont infinitésimaux», conclut le Dr Franco.

Que sont les VPH?

La famille des virus du papillome humain (VPH) compte plusieurs types de virus, dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement. Parmi ceux-ci, il y a les VPH à faible risque de cancer, dont certains causent des condylomes, ainsi que les VPH à risque élevé, qui peuvent causer le cancer.

La plupart des hommes et des femmes qui ont une vie sexuelle active auront une infection à VPH à un moment ou à un autre de leur vie. Une personne peut être infectée par plus d'un type de VPH au cours de sa vie. Elle peut aussi être infectée plus d'une fois par le même type de VPH.

Quels types de cancers les VPH peuvent-ils causer?

Les cancers du col de l'utérus, du vagin, de la vulve, du pénis, de l'anus et de la gorge.

Source: ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer