Un inhalothérapeute s'injecte les narcotiques d'une patiente

Les faits reprochés à l'inhalothérapeute Sylvain Taillon se... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les faits reprochés à l'inhalothérapeute Sylvain Taillon se sont produits au milieu d'une chirurgie cardiaque en mai 2015.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un professionnel de la santé montréalais s'est injecté des narcotiques au beau milieu d'une chirurgie cardiaque à laquelle il participait, après avoir réduit la dose prévue pour l'intervention. Conséquemment, la patiente en a souffert et a présenté des signes de douleur.

L'inhalothérapeute Sylvain Taillon vient d'être condamné par son conseil de discipline.

En mai 2015, il s'est approprié un cinquième de la dose de Sufentanil destinée à la femme qui passait sous le bistouri, au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), avant de s'éclipser soudainement pendant l'opération. Il y assistait un anesthésiste, l'une des tâches habituelles de sa profession.

Sylvain Taillon a été retrouvé «quelques minutes plus tard, inconscient et en arrêt respiratoire dans une toilette adjacente au bloc opératoire», relate la décision disciplinaire du 5 juillet. «Quatre flacons décapsulés, un garrot et deux seringues se trouvent à côté de lui.»

Au même moment, la patiente à qui la dose de Sufentanil était destinée a montré «des signes de tachycardie et d'hypertension, signes généralement associés à la douleur», continue le conseil de discipline de l'Ordre des inhalothérapeutes. La décision ne précise pas si la patiente était consciente ou sous anesthésie générale.

Par la suite, Sylvain Taillon a admis les faits. Il a aussi avoué avoir volé du Fentanyl la veille, ainsi qu'une autre dose de Sufentanil le mois précédent.

L'inhalothérapeute «a sérieusement compromis la protection du public en s'appropriant une partie d'une dose destinée à une patiente», a conclu le conseil de discipline.

La décision relève toutefois sa bonne collaboration et le suivi médical dont il fait maintenant l'objet.

Sur la base d'une suggestion commune du syndic de l'Ordre des inhalothérapeutes et de sa propre avocate, M. Taillon a été condamné à deux ans et demi de radiation. Pour les cinq années suivantes, il «ne pourra accéder, administrer ou manipuler des préparations narcotiques», explique la décision.

Son avocate, MMarie-Hélène Verge, n'a pas répondu au courriel de La Presse.

Un récidiviste

L'inhalothérapeute de 47 ans n'en était pas à sa première présence devant le conseil de discipline de son ordre professionnel.

En 2010, il avait été radié pendant neuf mois pour avoir volé de manière «fréquente» des opiacés «aux fins de consommation personnelle», ainsi que pour avoir exercé sa profession au CUSM «lorsqu'il était sous l'influence de préparations narcotiques». Il a aussi «abandonné volontairement et sans raison suffisante, les clients dont l'intimé avait la charge et ce, sans s'assurer d'une relève compétente». La décision de l'époque donne très peu de détails sur les circonstances de ces événements.

L'avocate du syndic de l'Ordre des inhalothérapeutes avait alors déterminé un «risque sérieux de récidive». Cette fois, le conseil de discipline a évalué que «le risque demeure».

Après une suspension en 2010, le CUSM l'avait repris sous la forme d'une «entente de la dernière chance». Il a finalement été congédié après l'épisode de mai 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer