Débat électoral en anglais: tous les partis disent oui

Philippe Couillard, Jean-François Lisée et François Legault croiseront le... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Philippe Couillard, Jean-François Lisée et François Legault croiseront le fer lors d'un débat en anglais.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

(Québec) Pour la première fois depuis 1985, les chefs des partis politiques représentés à l'Assemblée nationale croiseront le fer lors d'un débat en anglais au cours de la prochaine campagne électorale.

Mardi matin, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a ouvertement demandé à ses adversaires de participer à un débat électoral à l'invitation d'un consortium de médias anglophones. Le premier ministre Philippe Couillard et le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, ont par la suite tour à tour accepté.

«Je veux participer à un débat en anglais, je souhaite que Philippe Couillard, François Legault et Manon Massé acceptent également [d'y participer]. Il y a beaucoup à dire à la population anglophone du Québec, qui sont tenus pour acquis par les libéraux», a spontanément affirmé M. Lisée, mardi, lors d'un point de presse, avant même que la journaliste de CTV News à l'Assemblée nationale pose une première question.

«Absolument. Je serais heureux de le faire. Ce serait normal que nous tenions un débat en anglais. J'espère que ça aura lieu», a répondu quelques minutes plus tard le premier ministre Philippe Couillard dans les corridors de l'Assemblée nationale.

«J'accepte avec plaisir de tenir un débat en anglais et [d'y] présenter les idées de la CAQ pour enrichir le Québec et les Québécois. J'ai hâte!», a écrit quelques heures plus tard François Legault sur Twitter. 

Québec solidaire, dont la porte-parole Manon Massé est présentement hospitalisée en raison d'une fracture du fémur - mais qui doit revenir à l'Assemblée nationale au cours des prochaines semaines - a finalement accepté l'invitation en fin d'après-midi.

«Québec solidaire participera avec plaisir à un débat électoral en anglais. Les Libéraux ont des comptes à rendre à des électeurs et des électrices qu'ils prennent pour acquis depuis des décennies», a écrit le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois sur Twitter. 

Si Mme Massé fera les débats en français, QS n'a toujours pas convenu qui d'elle ou de M. Nadeau-Dubois représentera le parti dans le débat en anglais. 

Une première à la télévision 

Le dernier débat en anglais réunissant des chefs de partis représentés à l'Assemblée nationale remonte à 1985, écrit CTV News. À l'époque, le débat avait été diffusé à la radio.

Lors de la dernière élection, en 2014, l'ancienne chef du PQ et première ministre sortante, Pauline Marois, avait décliné l'offre de CBC, CTV, Global, CJAD et The Gazette, justifiant son refus parce qu'elle n'était pas entièrement bilingue.

«Je suis capable de parler anglais, avait-elle affirmé à l'époque, je crois que j'ai amélioré mon anglais, mais je ne pense pas que je serais à l'aise dans un débat pour expliquer mes positions précises. Je ne crois pas que cela serait utile pour les Anglo-Québécois. Mais je suis capable d'avoir un dialogue avec eux. Je l'ai prouvé dans le passé, et je continuerai de le faire dans le futur.» De son côté, Jean-François Lisée maîtrise bien la langue anglaise.

Au cours de la campagne électorale, qui mènera au scrutin général le 1er octobre prochain, les chefs de partis s'affronteront également aux Face à face de TVA, le 20 septembre, ainsi qu'au débat d'un consortium médiatique francophone (incluant La Presse) le 13 septembre.

Les partis politiques doivent désormais s'entendre avec le consortium médiatique anglophone sur la date de ce troisième débat.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer