Lisée et Legault «suscitent» la mobilisation de l'extrême droite, dit Couillard

Philippe Couillard... (Jacques Boissinot, La Presse canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard

Jacques Boissinot, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-François Lisée et François Legault colportent des faussetés au sujet des demandeurs d'asile et «suscitent» ainsi la mobilisation de l'extrême droite, soutient Philippe Couillard.

Le premier ministre a tenu ces propos lors d'une mêlée de presse mardi, au moment où des groupes de cette frange se mobilisent dans la foulée de l'afflux de migrants à la frontière et des violences racistes en Virginie.

Lorsqu'on lui a demandé s'il y avait un risque de dérapage au Québec devant cette mobilisation, M. Couillard a déclaré: «C'est pour ça que les leaders politiques doivent être très prudents. Lorsqu'on qualifie les gens d'illégaux alors qu'ils ne sont pas illégaux, lorsqu'on laisse penser aux gens qu'on peut régler des situations en claquant des doigts, on inquiète la population et on suscite ce genre de choses».

Il venait tout juste d'expliquer que les propos des deux chefs de l'opposition témoignent d'une «ignorance» des conventions et des lois qui encadrent l'accueil de migrants réclamant le statut de réfugié.

«C'est totalement faux de dire que ce sont des gens qui sont là illégalement. C'est même illégal de vous empêcher de rester pour demander l'asile. C'est très désolant de voir ça parce que ça fait naître auprès des gens des craintes, des perceptions, qui sont complètement à l'écart de la vérité.»

Il a renchéri: «Quand on appelle ces gens illégaux, quand on dit qu'ils ont traversé la frontière illégalement, de deux choses l'une: soit on ne connaît pas les lois et les conventions, ou encore pire on les connaît et on fait semblant de ne pas les connaître. Alors un peu de sérieux, un peu de lecture, un peu de recherche et on pourra aller plus loin.»

Ce genre de discours contribue à alimenter l'extrême droite ?

«Tout discours qui inquiète les gens, qui attise la peur a ce genre de conséquences. Il faut en être conscient», a-t-il répondu.

«Il faut dans le discours politique faire appel au côté le plus noble de la nature humaine et non pas attiser les craintes et même parfois les réflexes de rejet des gens», a-t-il ajouté plus tard.

Il se dit préoccupé par la mobilisation des groupes d'extrême droite, dont l'un organise une manifestation dimanche. «Ils sont sur le terrain des préjugés, de l'inquiétude des gens. Ce phénomène-là existe partout. Et je ne leur donnerai pas plus d'importance qu'ils n'en méritent (...) On va espérer qu'il n'y aura pas de dérive. On fait appel au comportement responsable de tous.»

Il faut respecter selon lui la liberté d'expression, même si elle «permet de dire des conneries». «Notre rôle est de répondre à ça par des paroles de sagesse, d'équilibre et surtout par la vérité. On n'a pas dit, dans certains partis, la vérité aux Québécois sur ce que ça veut dire un immigrant illégal par rapport à un demandeur d'asile, sur la Convention de Genève, sur le statut exact des lois qui existent actuellement. »

Le chef péquiste Jean-François Lisée propose que les migrants se présentent aux postes frontaliers, plutôt que par le chemin Roxham, une suggestion irréaliste selon le premier ministre. «C'est une longue frontière, alors comme vous allez faire pour vous assurer que personne ne passe entre les postes ? Ça va prendre un mur ! Alors M. Lisée vous aussi vous voulez un mur», a-t-il lancé, lui qui avait déjà fait le même genre d'accusation à l'endroit du chef caquiste François Legault.

Philippe Couillard a réitéré que le parcours d'un demandeur d'asile «n'est pas facile» et qu'il n'y a aucune garantie qu'il sera accepté.

Quelques heures avant la sortie du premier ministre, Jean-François Lisée accusait le premier ministre de «malhonnêteté intellectuelle». «Comme je l'ai indiqué en critiquant par ailleurs François Legault, les accords internationaux nous obligent à accueillir les demandeurs d'asile et à traiter leurs dossiers. Un Québec indépendant respecterait cette exigence et il n'y a aucune situation où on pourrait les refouler à la frontière. Mais contrairement au Canada, le Québec les accueillerait à ses postes d'entrée réguliers, pas dans un bois», a-t-il écrit sur Facebook.

«Ils ne deviennent pas des immigrants illégaux, ce que je n'ai jamais dit ou écrit. Ils deviennent des demandeurs d'asile, ayant commis un acte illégal pour le devenir. M. Couillard aime ça. Moi, je considère infecte une procédure qui oblige un demandeur d'asile à commencer son séjour chez nous en commettant un acte illégal. Chacun sa conception de la dignité, du respect des lois et des frontières.»

De son côté, François Legault accuse le premier ministre de faire des «associations odieuses». «Je lui demande de débattre respectueusement et sereinement des questions d'immigration», a-t-il écrit sur Twitter.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer