Élections partielles: «On a littéralement sauvé le Québec», plaide Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard.... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le plan du gouvernement fonctionne et va continuer de s'appliquer», a affirmé le premier ministre Philippe Couillard au lendemain du recul du vote libéral lors des quatre élections partielles. Le «message» envoyé par l'électorat, c'est qu'il doit «montrer plus» que son gouvernement «a littéralement sauvé le Québec».

Lors d'une mêlée de presse, le premier ministre a balayé une question lui demandant pourquoi, si son plan fonctionne, cela ne s'est pas traduit dans les tests électoraux de lundi. «Vous surévaluez les partielles», a-t-il répliqué.

Selon lui, ces résultats électoraux «appellent un correctif du message, pas de plan. Le plan du gouvernement demeure le même: des finances publiques saines, pour la santé, l'éducation et l'économie. Ça marche. (...) Il faut le montrer plus».

Philippe Couillard a été piqué au vif lorsqu'une journaliste a déclaré que des militants libéraux le trouvent dans le déni. «Au contraire, je suis dans l'affirmation qu'on a littéralement sauvé le Québec. Le Québec s'en allait où? On ne pose jamais cette question: où allait le Québec sans retour à l'équilibre budgétaire, sans reprise du contrôle des finances publiques et de la dette? Dans un immense mur. Parce qu'on a évité ça au Québec, on a réussi à reprendre le contrôle, on est capable maintenant d'aborder à moyen terme et même à long terme le financement de nos services essentiels comme la santé, l'éducation et l'économie.»

«Il faut qu'on démontre davantage l'impact très très positif du plan du gouvernement partout au Québec», a-t-il ajouté, rappelant le faible taux de chômage et la création de 140 000 emplois. «Les gens ont retrouvé confiance au Québec. Les investisseurs, les prêteurs, les institutions financières savent que le Québec est maintenant bien gouverné, que le Québec va mieux.» Pour lui, «les indicateurs de tous les côtés sont positifs».

Il s'est réjoui de l'élection de sa candidate Isabelle Melançon dans Verdun, bien que la majorité libérale ait fondu. Dans Marie-Victorin et Saint-Jérôme, des circonscriptions conservées par le PQ, le PLQ a recueilli moins de 15% des voix, un fait rare. C'est donc dire que ses candidats ne pourront toucher le remboursement de la moitié de leurs dépenses électorales par le Directeur général des élections. Dans la circonscription caquiste d'Arthabaska, le PLQ enregistre également un déficit par rapport au résultat de 2014.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer