Castro: le député Saul Polo représentera le Québec à Cuba

Saul Polo, adjoint parlementaire de la ministre de... (PHOTO archives PC)

Agrandir

Saul Polo, adjoint parlementaire de la ministre de l'Économie

PHOTO archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Contrairement au protocole habituel, ce sera un député qui présentera les condoléances du gouvernement du Québec à l'occasion du décès de l'ex-président cubain Fidel Castro, a indiqué mercredi un porte-parole.

Saul Polo, adjoint parlementaire de la ministre de l'Économie, fera partie de la délégation canadienne dirigée par le gouverneur général du Canada, David Johnston.

Au cabinet de la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, le porte-parole François Caouette a expliqué que M. Polo participait avec M. Johnston à une cérémonie en hommage à Fidel Castro à La Havane, mercredi soir.

M. Caouette a expliqué que M. Polo, député de Laval-des-Rapides, a été désigné parce qu'il est né en Colombie et qu'il a participé à la mission du premier ministre Philippe Couillard à La Havane, en septembre.

«Ce n'est pas une question de message, c'est une question d'agenda, de sensibilité», a-t-il dit dans une entrevue téléphonique.

M. Caouette a déclaré qu'en temps normal, lors de décès de chefs d'État, c'est le premier ministre ou la ministre des Relations internationales qui représente le gouvernement.

En cas d'impossibilité, il pourrait arriver que cette responsabilité soit confiée à la vice-première ministre Lise Thériault, a indiqué le porte-parole.

M. Caouette a affirmé que Mme St-Pierre avait remplacé M. Couillard au moment des funérailles de l'ex-premier ministre français Michel Rocard.

«Généralement, c'est soit le premier ministre, ou la ministre des Relations internationales, a-t-il dit. Mme St-Pierre était aux funérailles de M. Rocard parce que le premier ministre avait un autre engagement très important à son agenda, il ne pouvait pas y aller. En termes de diplomatie, Mme St-Pierre est la numéro deux.»

Selon M. Caouette, Mme St-Pierre, actuellement en mission en France après le Sommet de la Francophonie à Madagascar, ne peut aller à Cuba.

«La fenêtre pour que Mme St-Pierre puisse présenter ses hommages, elle est là, maintenant, a-t-il dit. C'est beaucoup plus une question d'agenda, Mme St-Pierre doit être un petit peu fatiguée.»

M. Caouette a affirmé que les autorités cubaines recevront les condoléances des représentants étrangers durant la période de deuil national qui précédera les funérailles, dimanche.

Le gouvernement du Canada a délégué M. Johnston, le premier ministre Justin Trudeau ayant décidé de ne pas s'y rendre, après avoir suscité une controverse avec ses hommages à l'ex-dictateur cubain.

En septembre, à La Havane, M. Couillard avait souligné qu'une rencontre obtenue avec le président cubain Raul Castro témoignait «de la plus haute considération de la part du gouvernement cubain», et initiait «une nouvelle ère dans les relations Québec-Cuba».

Après la période des questions, mercredi, le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Founier, a déclaré qu'il renonçait à faire adopter une motion de l'Assemblée nationale pour souligner le décès de M. Castro.

«Ce n'est pas dans l'intérêt du peuple cubain ou des Québécois qu'on ait ici une chicane partisane pour quelque chose qui normalement se fait d'usage», a-t-il dit dans une mêlée de presse.

M. Fournier a attribué cette décision au refus de la Coalition avenir Québec d'appuyer la motion du gouvernement au sujet de décès de l'ex-président cubain, survenu samedi.

«Encore tout récemment, M. Couillard était là-bas, il y a un avenir de relations économiques notamment, entre le Québec et Cuba, a-t-il dit. Ça reste assez incompréhensible.»

Le chef caquiste François Legault a affirmé dans un point de presse qu'il aurait été déplacé de rendre hommage à M. Castro.

«M. Castro, je l'ai dit dans le communiqué que j'ai émis lors de sa mort, était un dictateur qui a donné de l'espoir à certains mais du désespoir à d'autres, a-t-il dit. Et pour la CAQ, ce n'était pas approprié de lui rendre hommage à l'Assemblée nationale.»

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a accusé M. Couillard d'avoir fait la même erreur que M. Trudeau en n'étant pas équilibré dans la motion qu'il aurait présentée en chambre.

«On a essayé de l'amender pour parler des droits de l'Homme mais la CAQ n'a pas voulu, a-t-il dit. Les Québécois sont proches des Cubains, qui vivent un moment important dans leur histoire, des gens sont contents d'autres pas, c'est un point tournant et l'Assemblée nationale devrait le souligner d'une façon ou d'une autre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer