François Legault à l'aise d'être comparé à Trump

Le chef de la CAQ, François Legault... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le chef de la CAQ, François Legault

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DRUMMONDVILLE) Bien qu'il ne considère pas Donald Trump comme un « modèle », François Legault se dit à l'aise d'être associé par ses adversaires au président désigné des États-Unis.

À son arrivée au congrès de la Coalition avenir Québec à Drummondville, M. Legault a affirmé que l'élection du leader républicain recèle des « leçons » pour la classe politique, qui selon lui fait preuve de « condescendance » à l'égard des Québécois. Des enseignements dont il compte profiter.

« Je suis à l'aise avec le fait que M. Trump s'est préoccupé de ce que souhaitent les citoyens, a déclaré M. Legault. Actuellement, les gens ne sont pas satisfaits de leur gouvernement, ils trouvent que leur gouvernement est loin du peuple. Moi, je pense que je suis quelqu'un qui est proche du peuple. »

Le chef caquiste souligne que M. Trump a capitalisé sur la frustration des citoyens à l'égard de la classe politique. Il a notamment promis de baisser les impôts et de resserrer les contrôles sur l'immigration.

Ces thèmes sont fréquemment abordés par la CAQ. Le parti est le seul à proposer une baisse du seuil d'immigration de 51 000 à 40 000 par année. Il promet aussi de baisser l'impôt des familles de 1000$.   

M. Legault a toutefois aucune intention de faire siennes certaines propositions de M. Trump, qui proposait en outre de bâtir un mur le long de la frontière du Mexique et d'interdire les musulmans d'entrer aux États-Unis.

« Ce n'est pas un modèle pour moi, a convenu M. Legault. Je pense que M. Trump a dérapé, il est allé beaucoup trop loin. »

Le premier ministre Philippe Couillard avait affirmé cet été que François Legault est le « Donald Trump du Québec ». Il dénonçait ainsi sa volonté d'expulser les immigrants qui échoueraient un test de valeurs dans le cadre du débat sur le burkini.

Le leader parlementaire libéral, Jean-Marc Fournier, a récidivé cette semaine lorsqu'il a utilisé le nom « Trump » pour dénoncer le comportement du chef caquiste en chambre.

François Bonnardel, le leader parlementaire de la CAQ, s'attend à ce que les adversaires politiques de son parti laissent tomber les comparaisons avec le président désigné américain.

« Je ne pense pas qu'ils vont continuer d'accuser M. Legault d'être Trump dans les circonstances, a-t-il dit. (...) M. Trump a gagné, il est président des États-Unis aujourd'hui. Donc est-ce qu'on s'associe à un gagnant ? »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer