Journalistes espionnés: guerre interne à la SQ

Mario Laprise a été le directeur général de... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Mario Laprise a été le directeur général de la Sûreté du Québec d'octobre 2012 à août 2014.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bien des questions restent en suspens quand on se penche sur l'opération qui a mené la Sûreté du Québec à solliciter auprès du tribunal l'autorisation de scruter les relevés téléphoniques de six journalistes, dont Alain Gravel, Marie-Maude Denis et Isabelle Richer de Radio-Canada.

Ne pensez pas que rue Parthenais, on cherchait à allonger la liste des suspects, des mafieux ou des motards. Officiellement, l'enquête déclenchée en 2013 par un coup de fil du ministre de la Sécurité publique à l'époque, Stéphane Bergeron, visait à identifier la source de fuites médiatiques touchant l'écoute téléphonique de Michel Arsenault, alors président de la FTQ.

Mais l'affaire a pris une tout autre proportion, une fois la commande arrivée au 11e étage à Parthenais. Avec cinq ans d'appels faits ou reçus par ces journalistes de choc, « il doit y avoir une cinquantaine de numéros qui scintillent sur l'écran », ironise une source policière bien au fait de ces pratiques. Ces numéros sont ceux de policiers que la direction de la SQ va éloigner des postes stratégiques.

L'ex-ministre Bergeron a indiqué qu'il s'était entretenu avec le chef de la SQ, Mario Laprise, au sujet des récriminations du syndicaliste Michel Arsenault en septembre 2013. Ce dernier se plaignait de fuites sur les conversations téléphoniques qui avaient été épiées en 2008 et 2009 par la SQ. La divulgation du contenu d'une écoute en dehors du cadre judiciaire est une infraction au Code criminel. Dans sa lettre du 10 septembre 2013 au ministre Bergeron, M. Arsenault évoquait les journaux de Québecor, l'agence QMI, un reportage de TVA.

Qu'à cela ne tienne, on demandera au tribunal d'avoir un mandat de surveillance de relevés, la liste des numéros de téléphone entrants et sortants que la police demandera aux sociétés de téléphone. C'est ainsi qu'on fouinera dans les relevés téléphoniques de trois journalistes de Radio-Canada, d'un autre de La Presse (l'auteur de ces lignes), d'un collaborateur de Radio-Canada et, finalement d'un reporter du Journal de Montréal qui ne touchait pourtant pas aux enquêtes policières.

POURQUOI TANT DE CIBLES ?

À l'interne, chez les officiers supérieurs, on explique que Marcel Savard, directeur général adjoint, responsable du respect des normes professionnelles, avait depuis longtemps dans sa ligne de mire certains officiers, en particulier un enquêteur, un « loner » à qui on avait confié la fin de l'enquête Diligence, sur les liens entre les syndicats, les motards et Tony Accurso. Savard le soupçonnait de converser régulièrement avec les journalistes.

La lettre du président de la FTQ aura donc avant tout été une belle occasion de régler des comptes à l'interne.

La culture de clans est encore très forte à la SQ. Le clan de l'ex-directeur Richard Deschênes avait été supplanté par celui de Mario Laprise, et il sera tassé par celui du directeur actuel Martin Prud'homme à la fin 2014. Depuis cette enquête, l'officier soupçonné d'indiscrétions a quitté Parthenais, affecté tout de même à un poste convoité.

QUI SAVAIT ?

Le directeur général de l'époque, Mario Laprise, était assurément bien informé des ramifications de l'enquête et des mandats touchant les journalistes. Il n'avait guère eu d'autre choix que d'obtempérer à la demande du ministre Bergeron, explique-t-on. Souvent perçu comme proche du PQ parce qu'il avait été nommé patron de la SQ par Pauline Marois, Laprise était pourtant le premier choix du libéral Jacques Dupuis pour devenir sous-ministre à la Sécurité publique, mais ce dernier avait choisi de garder son job plus lucratif à Hydro-Québec.

Le ministre Bergeron n'était pas interventionniste auprès de la SQ, confie-t-on, même s'il a fait bien mauvaise figure à ce récent point de presse où il tentait gauchement d'expliquer l'origine de la commande sur les fuites.

Ancien patron de Carcajou, Laprise a depuis longtemps la réputation de laisser ses hommes de confiance faire leur travail, mais de vouloir des « débriefings au quart de tour ». Son erreur aura peut-être été de confier ce dossier à des enquêteurs insensibles aux conséquences politiques d'un espionnage des journalistes. Le sous-ministre de l'époque, Martin Prud'homme, qui a pris les commandes de la SQ depuis, savait que Laprise avait déclenché une enquête sur ces fuites. Il n'a jamais fait de suivi ni appris que des mandats avaient été demandés sur les communications des journalistes, semble-t-il.

POURQUOI AUSSI LONGTEMPS ?

La SQ a remonté sur cinq ans pour les relevés téléphoniques des trois journalistes d'Enquête. Pourquoi une si longue période, si, comme il faut le rappeler, le but était de trouver la source du contenu de l'écoute visant Michel Arsenault ? Autre fait troublant, M. Arsenault avait sauté les plombs quand il avait rencontré le ministre Raymond Bachand en août - il venait apparemment d'apprendre qu'il avait fait l'objet d'écoute électronique. Or, dans la lettre qu'il fait parvenir au ministre Bergeron, le syndicaliste révèle que la SQ l'avait informé dès le printemps qu'il était sur écoute. Deux agents l'avaient rencontré en présence de l'avocat du Fonds de solidarité, André Ryan.

DÉLAIS POUR LES SCELLÉS ?

Autre fait inexpliqué : pourquoi les « mandats de surveillance » visant ces relevés téléphoniques n'ont-ils été mis sous scellés qu'en août et septembre 2014, donnée qui fait sourciller ceux qui connaissent ces procédures ? Ces dossiers « chauds, relevant de l'état-major », ont circulé pendant presque un an au quartier général de Parthenais, ce qui a permis aux enquêteurs de faire des recoupements. Oubliez l'image folklorique du rond de cuir qui épluche patiemment des listes de numéros de téléphone pour faire des croisements : tout se fait par ordinateur, et les numéros suspects scintillent immédiatement sur l'écran.

Nouveau gouvernement, rumeurs de remue-ménage à la SQ ; on demande à la cour, presque un an plus tard, de fermer la boîte à double tour.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer