PLQ: un document interne «sonne l'alarme»

Le premier ministre Philippe Couillard, à la tête... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard, à la tête du PLQ depuis 2013, est aussi écorché par le rapport. Surtout pour ne pas avoir concrétisé des promesses visant le «renouveau du Parti libéral» et un rapprochement avec ses militants.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une « base militante en chute libre », des députés déconnectés des membres, un contrôle excessif du chef et de son entourage, un gouvernement qui fait fi des résolutions adoptées en congrès... Derrière la façade, le Parti libéral du Québec (PLQ) est mal en point à l'aube de son 150e anniversaire. Il est temps de « sonner l'alarme », soutient le président sortant de la commission politique nationale du parti dans un rapport-choc que La Presse a obtenu.

Au fil des 47 pages de ce document classé confidentiel, Jérôme Turcotte jette un éclairage cru sur les « dysfonctionnements » qu'il a pu constater au PLQ depuis le début de son implication active en 2008. Il a siégé au conseil exécutif, la plus haute instance du parti, de juin 2014 jusqu'à son départ de la présidence de la commission politique en septembre dernier.

Le rapport en forme de testament politique, intitulé Analyse des défis à relever pour relancer le militantisme au PLQ, est daté du 22 avril, mais il n'a été remis à la direction du parti qu'à la fin de l'été. Il est entre les mains d'au plus quelques dizaines de personnes.

À l'interne, l'insatisfaction grandit face au peu de considération que lui accorderait l'état-major. Le document est ainsi révélé au grand jour à l'approche du conseil général du PLQ, le week-end prochain à Laval.

Le directeur des communications du PLQ, Maxime Roy, reconnaît que « le parti a entendu les commentaires de certains militants » insatisfaits du suivi fait à l'égard du document, mais il assure que « la direction a accueilli [celui-ci] de façon très positive ». « Il y a des actions qui sont déjà prévues pour le début de 2017 pour aller davantage de l'avant avec ces réflexions-là », a-t-il ajouté lors d'un entretien avec La Presse, hier. 

La lecture du document confidentiel constitue une rare incursion dans la vie interne du PLQ. Et comme l'auteur en témoigne lui-même, ce n'est pas dans la tradition de la maison que de donner libre cours aux critiques. Une culture du silence règne. « La solidarité et l'unité font partie de l'ADN de notre organisation et cela peut parfois rendre le dialogue franc et sincère plus difficile. Cela dit, pour changer les choses, il faut parfois savoir nommer les travers qui nous affectent pour les corriger », écrit M. Turcotte, pour qui il a été « très difficile d'écrire ce texte ». Sa démarche se veut « constructive » et vise à redonner la parole aux militants, qui « délaissent » un parti devenu un véritable « éteignoir à l'engagement citoyen ». Le « déclin » du militantisme « constitue un risque majeur pour notre organisation », soutient l'avocat.

Selon le « diagnostic » de Jérôme Turcotte, le problème a débuté sous l'ère Charest, avec « la centralisation graduelle de la prise de décision et l'accent mis sur le financement ». Il s'est aggravé au fil des ans.

« Il est nécessaire de prendre conscience que notre parti a été au pouvoir de façon quasi continue depuis plus d'une décennie maintenant et qu'une certaine torpeur ainsi qu'un excès de confiance semblent s'être emparés de ce dernier alors que notre base militante est en chute libre. Il y a de quoi sonner l'alarme si nous voulons que notre parti demeure un réel parti de militants », affirme-t-il.

De multiples récriminations

« À l'heure actuelle, plusieurs militants, dont moi-même, ont le sentiment que le PLQ est de plus en plus en train de devenir une marque de commerce servant à faire élire une aile parlementaire qui a délaissé le militantisme et est de moins en moins un réel parti ancré dans une participation citoyenne active. »

Ses récriminations sont multiples : « la participation tiède de nombreux élus à nos événements militants, le choix presque systématique de candidats vedettes étrangers au militantisme dans des comtés prenables, l'absence de mécanismes d'investiture clairs, l'absence de réels mécanismes de suivi des résolutions et des engagements électoraux ». Des procédures prévues à la constitution du parti seraient escamotées, voire violées. « Cela est triste à dire, mais le respect de notre constitution et de notre règlement général semble, à bien des égards, une chose facultative », lâche-t-il.

« À défaut d'agir avec force, il est clair que la vulnérabilité de notre parti aux intempéries électorales n'ira qu'en croissant. Cela pourrait malheureusement avoir un impact significatif sur le développement à long terme de notre institution qui a près de 150 ans. » - Jérôme Turcotte, président sortant de la commission politique du PLQ dans un rapport interne

« Les résultats plus que décevants » aux chapitres du nombre de membres et du financement l'ont « poussé à écrire » le texte. À ceux qui « doutent toujours de la gravité de la situation qui justifie l'urgence d'agir », il présente des chiffres éloquents.

L'objectif de financement pour chaque circonscription, qui était jugé « atteignable et raisonnable », « n'a été rempli qu'à 50,8 % ». En date du 31 décembre 2015, le PLQ avait 37 020 membres en règle. La formation a perdu plus de 15 000 membres depuis l'automne 2014, une saignée de près de 30 %. « À ce rythme de diminution du membership, le PLQ se retrouverait sans aucun membre dans un peu plus de trois ans et demi », illustre Jérôme Turcotte. « Le militantisme est actuellement dans une situation critique au sein de notre parti. »

Des résolutions ignorées

Son document est truffé d'anecdotes embarrassantes, en particulier sur le sort réservé aux résolutions adoptées par les militants lors des congrès. Un ministre et des députés lui ont confirmé qu'elles sont ignorées par les élus et le gouvernement. 

« Cette faible prise en compte du travail militant m'attriste et me fait malheureusement douter de la pertinence de mon engagement. Cela m'a fait prendre conscience du peu d'impact qu'ont actuellement les militants du PLQ sur leurs élus. » - Jérôme Turcotte, président sortant de la commission politique du PLQ dans un rapport interne

D'autres exemples ? L'entourage de Philippe Couillard l'a forcé à écarter le thème de « l'amélioration de nos institutions démocratiques » en vue du congrès de 2015. « J'ai exprimé sans détour le fond de ma pensée », écrit M. Turcotte, rappelant que « la détermination d'un thème est de loin la décision la plus importante que peut prendre la Commission politique. [...] Cela n'a pas permis de faire pencher la balance en ma faveur. » 

Pour les deux autres thèmes retenus, l'équité intergénérationnelle et la relance économique, le cabinet de M. Couillard a promis de ne pas interférer « tant qu'il n'y avait pas de propositions vraiment déraisonnables ». Mais un ministre, furieux, est parvenu à faire retirer des « résolutions importantes ». Et sur le parquet, il a manoeuvré en douce pour « torpiller » les propositions soumises aux militants « pour lesquelles il avait des réserves ». Le PLQ n'a toutefois pas le monopole de ces pratiques.

Le premier ministre lui-même, à la tête du PLQ depuis 2013, est écorché. Surtout pour ne pas avoir concrétisé des promesses visant le « renouveau du Parti libéral » et un rapprochement avec ses militants.

« Je comprendrais qu'une personne qui ne s'attarde qu'aux chiffres des sondages d'opinion puisse trouver que mon diagnostic est plutôt catastrophiste compte tenu de la popularité actuelle de la marque de commerce libérale. [Or] notre base militante est dans un déclin prononcé et il est important de sortir de notre torpeur pour renverser la tendance. »

Jérôme Turcotte recommande une série de mesures pour que le PLQ recouvre une santé démocratique. Joint par La Presse hier, il a confirmé l'authenticité du document, qui avait reçu « un accueil positif » de la part des présidents de conseils régionaux du PLQ à la fin de l'été. « Pour le reste, je n'ai pas d'informations sur ce qui se passe depuis le dépôt du document et mon départ. Je ne serais pas surpris que les gens seraient désireux de faire en sorte que ce document ait des suites », a-t-il ajouté, précisant qu'il a quitté le parti « en très bons termes ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer