Couillard laisse entrevoir la fin du gaz de schiste

Le premier ministre Philippe Couillard a affirmé hier... (Photo Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard a affirmé hier qu'il n'y « aura[it] pas » de fracturation hydraulique dans la vallée du Saint-Laurent, fermant ainsi la porte à l'exploitation du gaz de schiste au Québec.

Photo Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre Philippe Couillard a pratiquement sonné le glas du gaz de schiste au Québec, hier, en affirmant qu'il n'y « aura[it] pas » de fracturation hydraulique dans la vallée du Saint-Laurent.

UN « MORATOIRE » INDÉFINI

Le gouvernement Couillard a déposé 80 amendements au projet de loi 106 sur les hydrocarbures, hier. L'un d'entre eux reconduit la suspension des licences d'exploration adoptée par le gouvernement Charest en 2011, puis prolongée en 2014. La mesure sera en vigueur « jusqu'à la date déterminée par le gouvernement », précise le texte. Or, dans un discours au congrès de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), le premier ministre a clairement indiqué que cette date ne viendrait pas. « Vous savez qu'il n'y a pas eu de fracturation dans les basses terres du Saint-Laurent, il n'y en aura pas, a-t-il dit. On va continuer avec la même attitude. »

ANTICOSTI NON PLUS

Les permis seront effectivement suspendus dans les basses terres du Saint-Laurent. C'est là que se trouve l'essentiel des bassins de gaz de schiste au Québec. M. Couillard a d'ailleurs souligné qu'il s'agit de « l'endroit principal » où la fracturation hydraulique peut être exécutée dans la province. L'île d'Anticosti n'est pas visée par la suspension des permis, mais le premier ministre a assuré que ce dossier « va se régler par lui-même ». « C'est un milieu insulaire, a-t-il dit. La montagne de démonstrations à faire est tellement élevée. Les choses suivront leur cours, mais ce n'est pas un endroit pour faire la fracturation. »

L'INDUSTRIE CONTESTE

L'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) a immédiatement demandé au gouvernement libéral de retirer cette disposition du projet de loi. La mesure risque de faire perdre des millions à des entreprises qui ont obtenu des permis et investi pour explorer le sous-sol québécois, a résumé le porte-parole de l'organisme, David Lefebvre. « L'effet de cet amendement, s'il est adopté, serait au détriment direct, sans compensation, de plusieurs de nos membres, a-t-il dénoncé. Ils ont investi des millions, voire des centaines de millions dans les basses terres pour faire du développement et, du jour au lendemain, [...] on leur dit : "Vous ne pourrez pas travailler sur vos permis." »

LES ÉCOLOGISTES SCEPTIQUES

Le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, a salué le « bon premier pas » du gouvernement libéral. Mais selon lui, Québec doit aller plus loin. « M. Couillard doit maintenant aller au bout de sa logique et interdire formellement la fracturation et autres procédés non conventionnels sur l'ensemble du territoire québécois, a dit M. Bonin. Le gouvernement doit écouter la volonté de la population et s'inspirer des nombreuses juridictions, telles que l'Écosse, la France et l'État de New York, qui ont banni la fracturation. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer