Exclusif

Nadeau-Dubois et Aussant s'unissent dans un projet politique

L'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois a quitté l'émission matinale de... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

L'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois a quitté l'émission matinale de la radio de Radio-Canada pour présenter, avec l'ex-politicien Jean-Martin Aussant, un projet aux Québécois.

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gabriel Nadeau-Dubois et Jean-Martin Aussant reviennent en politique main dans la main, a appris La Presse.

Les deux hommes, respectivement ex-leader étudiant et souverainiste, annonceront en milieu de semaine qu'ils partent en tournée à travers le Québec pour présenter un nouveau « projet d'ampleur » aux Québécois. Ni manifeste ni parti politique, leur proposition commune réunira aussi d'autres personnalités, a indiqué M. Nadeau-Dubois.

« Ce sont des gens que j'ai réunis dans les derniers mois, avec qui j'ai discuté, avec qui on a réfléchi sur l'avenir du Québec, a-t-il affirmé lorsque joint par La Presse. On en est arrivés à un projet qu'on va lancer cette semaine. »

« C'est un peu mon retour dans l'action depuis 2012 », a-t-il ajouté, tout en soulignant ne pas vouloir briguer les suffrages « dans les prochaines années ». C'est aussi la raison pour laquelle il a quitté l'émission matinale de la radio de Radio-Canada. « C'est un projet qui n'était pas compatible avec un rôle de chroniqueur », a dit M. Nadeau-Dubois

Jean-Martin Aussant n'avait pas rappelé au moment de publier.

Un texte en forme de manifeste

La tête d'affiche de la grève étudiante du printemps 2012 ne souffle mot du contenu de sa proposition. « C'est un projet qui vise à réfléchir à l'avenir du Québec au sens large, pas seulement sur l'avenir politique [constitutionnel] », a-t-il expliqué, appelant à la patience jusqu'à demain. « On a un projet franchement original et franchement innovateur. »

Jean-Martin Aussant, ex-député du Parti québécois et ancien... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Jean-Martin Aussant, ex-député du Parti québécois et ancien chef d'Option nationale

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Les autres personnalités ne sont pas nécessairement d'accord avec toutes ses prises de position, mais « on partage certaines bases ».

Le mois dernier, il avait publié dans L'actualité un texte en forme de manifeste où il attaquait un certain « conservatisme économique qui s'enracine dans une vision catastrophiste du Québec ». En face, une « gauche québécoise » qui « semble avoir perdu sa créativité, son audace ». Mais « je sens que nous avons la possibilité et surtout le devoir de nous remettre en marche, continuait-il. Il nous faudra faire ce que nous n'avons jamais fait. Nous avons une tâche énorme devant nous. Il est temps de nous mettre au travail. »

Des salles auraient déjà été réservées un peu partout au Québec afin d'accueillir la petite troupe. En tout, le groupe réunirait une dizaine de personnes, dont des individus chargés de la logistique et des communications. M. Nadeau-Dubois a d'ailleurs recruté son propre attaché de presse de la grève étudiante, Renaud Poirier St-Pierre.

Un ex-élu et un ex-leader étudiant

Jean-Martin Aussant a été député du Parti québécois jusqu'en 2011, moment où il a quitté son caucus avec fracas, critiquant le peu d'intérêt de Pauline Marois pour la souveraineté. Il a ensuite créé Option nationale (ON), avant d'en quitter la tête en 2013 pour « des raisons familiales ».

L'économiste de formation s'est installé à Londres avec les siens, avant de rentrer au Québec il y a un an. Depuis, il dirigeait le Chantier de l'économie sociale, un organisme à but non lucratif.

Gabriel Nadeau-Dubois avait officiellement quitté les projecteurs à l'été 2012 en démissionnant de son rôle de porte-parole de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), mais demeurait depuis présent dans les médias. Il a écrit Tenir tête, un livre sur son expérience pendant la grève étudiante.

La Cour suprême du Canada délibère actuellement en vue de trancher sur la légalité d'un appel à braver une injonction judiciaire qui accordait à un étudiant de l'Université Laval le droit d'assister à ses cours en pleine grève étudiante. L'audience a eu lieu en avril dernier, mais on ne sait toujours pas quand l'arrêt sera rendu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer