Alexandre Cloutier croit qu'il paie le prix de son discours de changement

Alexandre Cloutier... (Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil)

Agrandir

Alexandre Cloutier

Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

La course à la direction du Parti québécois (PQ) se resserre, a constaté le candidat Alexandre Cloutier jeudi, le jour du dévoilement d'un sondage le montrant au coude à coude avec son adversaire Jean-François Lisée.

M. Cloutier a reconnu que les intentions de vote des militants ont bougé, alors qu'il estimait il y a 10 jours que leur choix était fait.

«Je suis obligé d'admettre que ça a bougé dans les dernières semaines et que de toute évidence la course s'est resserrée, a-t-il dit en conférence de presse. Et il n'y a qu'une seule attitude à avoir, c'est travailler.»

Au terme d'une semaine marquée par une controverse suscitée par M. Lisée sur le thème de la laïcité, M. Cloutier a déclaré qu'il est pénalisé par sa position plus modérée que celle de son adversaire.

«Je propose des choix aux militants du PQ qui vont amener du changement, a-t-il dit. Je fais de la politique par conviction, sans amalgame, sans raccourci, en répondant franchement aux questions des gens. Il y a un prix à payer pour ça. Mais je parle vrai, je suis vrai et c'est de ça dont les Québécois ont besoin.»

M. Cloutier a présenté jeudi un nouvel appui du caucus, le député Gaétan Lelièvre, qui avait fait le choix de demeurer neutre dans la course.

Aux côtés de M. Cloutier, M. Lelièvre a observé que la course compte «deux candidats qui sont en tête».

«On a une course présentement, a-t-il dit. Les premières semaines, on avait une avance spectaculaire de la part d'Alexandre. Jean-François Lisée fait une belle course et les résultats sont au rendez-vous.»

Par ailleurs, dans une conférence de presse qui a suivi celle de M. Cloutier, la candidate Martine Ouellet a accusé M. Cloutier d'avoir déformé ses propos quand il a affirmé, plus tôt jeudi, qu'elle s'était sentie menacée par des propos de M. Lisée sur son esprit d'équipe.

«Des conversations privées, en principe devraient rester privées, a-t-elle dit. Ce n'est pas ce que j'ai dit. S'il déforme mes propos pour parler aux journalistes, ça lui appartient.»

Mme Ouellet a expliqué que les rivalités reliées à la course à la direction étaient maintenant à l'oeuvre dans le caucus péquiste, ce qui n'avait pas été le cas durant la précédente course qui a mené à l'élection de Pierre Karl Péladeau.

«Le caucus est rendu «électoral» pour la course à la chefferie, a-t-elle dit. Il y a toutes sortes de positionnements, de manoeuvres, d'utilisation du caucus pour favoriser ou défavoriser un ou l'autre des candidats. Il faut analyser ce qui sort du caucus à cette lumière-là.»

Plus tôt cette semaine, Mme Ouellet a accusé le chef intérimaire Sylvain Gaudreault de s'être ingéré dans la course lorsqu'il l'a rappelée à l'ordre lors d'un caucus, relativement à des déclarations qu'elle avait faites.

Mme Ouellet a également associé M. Gaudreault à l'establishment du parti quand, cette semaine, une publicité du PQ l'excluant a été diffusée.

Le quotidien La Presse a rapporté jeudi que M. Lisée avait menacé, lors d'un caucus mercredi, d'exclure Mme Ouellet si elle n'améliorait pas son esprit d'équipe.

Dans une mêlée de presse jeudi matin, M. Cloutier, qui n'a pas assisté à cette intervention de M. Lisée, s'est fait le porte-parole de Mme Ouellet.

«Je n'étais pas présent (mercredi), ce que je comprends c'est qu'il l'a menacée, a-t-il dit. (...) C'est ce qu'on m'a dit, j'ai parlé avec Mme Ouellet tout de suite après. Elle m'a raconté ce qui s'était passé.»

M. Lisée s'est ensuite défendu d'avoir menacé son adversaire d'exclusion.

«Évidemment, non, a-t-il dit. Le sens de mon intervention, c'est de lui dire: Martine, il faut que tu fasses partie de l'équipe. Tu es très précieuse, tu connais plein de choses, je veux que tu fasses partie de l'équipe. Si je devais être chef, je veux que tu fasses partie de mon équipe, si je suis au gouvernement je veux que tu sois au gouvernement.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer