Vente de Rona: Daoust change sa version des faits

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Pour la première fois, l'ex-ministre Jacques Daoust a modifié sa version des faits dans la vente des actions de Rona, en entrevue avec La Presse. À la suite du témoignage de son ancien chef de cabinet en commission parlementaire, il avoue désormais avoir été mis au parfum des intentions d'Investissement Québec, mais réitère n'avoir jamais approuvé la transaction.

Contredit par son ancien chef de cabinet, accusé par l'opposition d'avoir menti, Jacques Daoust revoit sa version des faits dans la vente des actions de Rona par Investissement Québec à la fin de 2014.

Jusqu'ici, l'ex-ministre soutenait n'avoir jamais entendu parler de l'intention de la société d'État de liquider ses actions du géant québécois de la quincaillerie. Il le réitérait dans sa lettre de démission, vendredi dernier.

Or, dans un entretien avec La Presse hier, il a ajusté passablement son discours à la suite du témoignage en commission parlementaire de son ancien chef de cabinet, Pierre Ouellet. Sous serment, M. Ouellet a déclaré qu'il avait informé son ministre de la volonté d'Investissement Québec.

« Je maintiens qu'au moment où Investissement Québec a pris sa décision, je n'avais pas été informé », a dit M. Daoust en entrevue. Il a donc été mis au courant de l'intention de la société d'État à la suite de la réunion du conseil d'administration du 17 novembre 2014. Il n'avait jamais dit une telle chose auparavant.

« Je n'ai jamais approuvé cette transaction » et « je n'avais pas à l'approuver », a ajouté M. Daoust.

Il n'a nullement l'intention de se présenter devant la commission parlementaire spéciale qui veut faire la lumière sur le processus ayant mené à la vente des actions de Rona. L'opposition souhaite l'entendre, mais les libéraux refusent. Ils disaient pourtant plus tôt cette semaine que ce serait pertinent de le faire témoigner.

« J'en ai fini de la politique, j'ai démissionné comme ministre, comme député... on ne peut être plus imputable », a dit l'ex-ministre Jacques Daoust.

« Je sors de la politique durement frappé, ça m'a fait mal. Ce n'est pas du tout ce que j'avais imaginé quand j'ai décidé d'y entrer », a ajouté l'homme de 68 ans, qui a quitté la vie politique après le refus du premier ministre Philippe Couillard de lui réitérer sa confiance.

Jacques Daoust s'est entretenu avec La Presse peu de temps après le témoignage de Pierre Ouellet. L'ancien chef de cabinet a relaté la réponse que lui a donnée Jacques Daoust au sujet de l'intention de la société d'État.

« Comme la décision relève de la compétence du conseil d'administration d'Investissement Québec, ils devront vivre avec les conséquences », aurait répondu M. Daoust le 26 novembre 2014, selon le témoignage de M. Ouellet.

L'ex-chef de cabinet a signalé que son patron « n'était pas favorable à cette transaction-là ». Et Jacques Daoust n'a pas manqué de le rappeler en entrevue avec La Presse.

« II NE FAIT PLUS PARTIE DU GOUVERNEMENT »

L'opposition fulmine. « On se rend compte aujourd'hui que le ministre nous a menti en plein visage, nous, et aux Québécois ! », a tonné le député caquiste François Bonnardel. « Jacques Daoust a été informé et il a donné son accord tout simplement en disant : je ne me mêle pas de ça », a renchéri le péquiste Alain Therrien.

Pour le libéral Robert Poëti, « c'est décevant, c'est bien certain, quand on vit des journées comme celle-là ». Il ne veut pas pour autant que M. Daoust soit convoqué en commission parlementaire. Il a nié « à plusieurs reprises » avoir été informé, « je n'ai pas besoin de le réentendre », a-t-il dit.

« Je pense que M. Daoust a subi les conséquences de ce dossier-là et il ne fait plus partie du gouvernement du Québec », a dit le député libéral Saul Polo.

Le dossier est clos, à ses yeux. « On juge qu'on a fait la lumière sur l'ensemble du dossier. Et à ce stade-ci, moi et mes collègues, on est satisfaits des réponses que nous avons eues », a-t-il affirmé.

Or, la version revue et corrigée de l'ex-ministre risque de changer la donne et d'aviver l'intérêt de l'opposition à entendre M. Daoust.

LE CABINET DU PM AU COURANT ?

Un élément du témoignage de M. Ouellet fait sourciller l'opposition. L'ancien chef de cabinet a déclaré qu'il a parlé du dossier Rona « pour la première fois » avec le cabinet du premier ministre à la suite de la publication d'un rapport de la vérificatrice générale du Québec, le 2 juin dernier. Il s'est contenté de dire au chef de cabinet de M. Couillard, Jean-Louis Dufresne, qu'il avait vérifié à l'époque, en novembre 2014, quels sont « les seuils qui requièrent l'approbation du ministre ou du Conseil des ministres pour pouvoir procéder » à une vente d'actions de la part d'Investissement Québec. Cela veut donc dire que M. Dufresne savait dès le début de juin que la version de M. Daoust ne tenait pas.

Pour l'opposition, « c'est inconcevable » que le cabinet du premier ministre n'ait pas été informé dès 2014 des intentions d'Investissement Québec. « Je ne peux pas croire que le bureau du premier ministre n'était pas au courant, a lancé Amir Khadir, de Québec solidaire. Il s'agit d'une décision très importante. On nous demande d'accepter des explications abracadabrantes, tellement grossières. Je ne voudrais pas que M. Daoust soit l'agneau sacrificiel, les libéraux essaient d'en faire un. Je pense que la population ne se laissera pas berner. C'est clair que ce gouvernement-là a décidé de vendre les actions de Rona. »

Selon François Bonnardel, Jean-Louis Dufresne doit remettre sa démission et être entendu en commission parlementaire. Le chef de cabinet du premier ministre « est au courant depuis le 3 juin que M. Daoust ne dit pas la vérité ». Il a fait une « tentative de camouflage, de cover-up ». « C'est inacceptable d'avoir protégé un ministre pendant trois mois en sachant très bien qu'il avait menti aux parlementaires et aux Québécois », a-t-il ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer