Pas question d'autoriser les policières à porter le voile islamique, dit la CAQ

La députée caquiste Nathalie Roy... (Photo Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La députée caquiste Nathalie Roy

Photo Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Il devrait être interdit aux policières québécoises de porter le hijab, selon la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le voile islamique porté par les femmes musulmanes devrait de ce fait être banni de l'uniforme policier, a soutenu mardi la députée caquiste Nathalie Roy.

Elle réagissait au fait que désormais la Gendarmerie royale du Canada (GRC) accepte que des policières de confession musulmane puissent porter le hijab sous leur képi.

«Je ne suis pas d'accord» avec le port du hijab par les policières, a dit la députée de Montarville, lors d'une mêlée de presse servant à nuancer sa position sur le burkini, un outil d'asservissement des femmes selon elle.

Un gouvernement caquiste prônerait que ceux qui représentent l'autorité de l'État, au premier chef les policiers, devraient s'abstenir de porter tout signe religieux, a-t-elle fait valoir, rappelant la position traditionnelle du parti sur la neutralité religieuse de l'État, calquée sur les recommandations de la commission Bouchard-Taylor.

Le rejet du hijab pour les policières «va de soi», selon elle. Le hijad recouvre la tête sans cacher l'ovale du visage.

«Les signes religieux, lorsqu'on représente l'État, et en plus on a un uniforme, il ne devrait pas y en avoir. C'est ce qu'on préconise», a-t-elle rappelé.

Sur la question du burkini, la députée a cependant quelque peu adouci sa position, constatant que l'interdiction légale qu'elle réclamait pour ce maillot de bain islamique serait difficilement applicable, et contraire à nos chartes des droits.

La semaine dernière, Mme Roy avait fait une sortie virulente pour dénoncer le burkini, un maillot associé aux femmes musulmanes, qui couvre tout le corps et la tête, sauf le visage, les mains et les pieds. Elle parlait du «courage politique» nécessaire pour interdire ce maillot controversé, se disant prête à invoquer la clause dérogatoire de la constitution afin de bannir le burkini des plages du Québec.

Elle a réaffirmé mardi qu'il s'agissait là, selon elle, d'un des «accessoires» de l'islam radical, comme le tchador, le niqab et la burqa, «qui sont là pour asservir la femme et pour soumettre la femme, et nous on dit: il faut faire quelque chose».

«On ne veut pas en voir! On ne veut pas en voir! Comment le faire? Je ne vais pas déposer une loi demain matin. Chose certaine, il faut se poser la question», a-t-elle commenté, appelant «les plus grands juristes» à tenter d'y répondre.

«Je comprends très, très bien que c'est extrêmement difficile compte tenu de nos chartes», a-t-elle convenu.

Dans sa croisade, elle dit avoir l'appui de la population, à travers «des dizaines et des dizaines de lettres et des téléphones» reçus à son bureau.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer