Hydro-Québec : l'opposition réclame la divulgation du rapport du vérificateur

La Coalition avenir Québec dénonce le manque de... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Coalition avenir Québec dénonce le manque de transparence chez Hydro-Québec, alors que le nouveau PDG Éric Martel s'était engagé à plus de transparence à son arrivée en poste.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec réclament qu'Hydro-Québec dévoile les conclusions du rapport du vérificateur interne au sujet de l'octroi de mandats à deux cabinets d'avocats liés à l'ex-directrice principale des affaires juridiques Pamela McGovern.

La Presse a révélé mardi matin que les cabinets Lavery et McCarthy Tétrault ont obtenu 13 millions en mandats de 2010 à 2014, alors que Pamela McGovern dirigeait le contentieux de la société d'État. Me McGovern a travaillé 25 ans chez Lavery et son mari, Daniel Benay, est un associé spécialisé en matière énergétique chez McCarthy Tétrault.

Au moment de la démission de Pamela McGovern en mars 2015, une enquête du vérificateur interne était en cours au sujet de l'octroi de mandats à ces deux importants cabinets montréalais. Les résultats de l'enquête n'ont jamais été rendus publics. La demande d'accès à l'information de La Presse a été refusée par Hydro-Québec.

La Coalition avenir Québec (CAQ) dénonce le manque de transparence chez Hydro-Québec, alors que le nouveau PDG Éric Martel s'était engagé à plus de transparence à son arrivée en poste. « Les révélations de La Presse sont très préoccupantes. Je demande au ministre [de l'Énergie] Pierre Arcand de faire pression sur Hydro-Québec pour que les rapports internes soient rendus publics. Toute la lumière doit être faite dans cette affaire, qui est survenue au moment où plusieurs hauts placés d'Hydro-Québec ont démissionné », soutient Chantal Soucy, porte-parole de la CAQ en matière d'énergie.

Le porte-parole du PQ en matière d'énergie et de ressources naturelles, Alain Therrien, soutient qu'Hydro-Québec devrait « minimalement rendre publiques les conclusions des rapports du vérificateur interne afin de savoir si les conclusions sont à l'effet qu'il y a eu des irrégularités et si oui, de quelle nature ».

La société d'État devrait également rendre public le mode d'octroi de ces contrats « afin de répondre aux nombreuses questions qui demeurent en suspens », selon le député péquiste. « Était-ce de gré à gré ou par appel d'offres? S'il s'agissait d'appels d'offres, était-ce un processus d'appel d'offres ouvert ou sur invitation? Quels étaient les montants? Quels étaient les mandats? », s'interroge M. Therrien.

«Une nouvelle culture»

Le cabinet du ministre de l'Énergie Pierre Arcand, qui est ultimement responsable d'Hydro-Québec, rappelle le droit de la société d'État de refuser de publier un rapport sous certaines conditions. « Nous constatons que l'arrivée du nouveau PDG, a permis d'insuffler une nouvelle culture chez Hydro-Québec, notamment en matière de transparence et c'est ce qui est souhaité de la part du gouvernement », a indiqué par courriel Véronique Normandin, attachée de presse du ministre Arcand.

Le ministre Pierre Arcand n'a pas pris connaissance du rapport, selon Mme Normandin. Le conseil d'administration d'Hydro-Québec est chargé de donner suite aux rapports de vérifications internes. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer