À l'Assemblée nationale, des militants font déferler... des avions en papier

Après avoir été escortée avec les autres manifestants... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Après avoir été escortée avec les autres manifestants hors du périmètre parlementaire, une porte-parole, Marie-Hélène Fortier, a expliqué que les avions en papier faisaient référence à la participation de 1 milliard $ US du gouvernement dans la filiale aéronautique de Bombardier.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Un groupe opposé à des changements à l'aide sociale a perturbé la période des questions, mardi, en lançant des avions en papier au Salon bleu de l'Assemblée nationale.

Une dizaine de personnes présentes dans les tribunes ont rapidement été expulsées par les agents de sécurité de l'Assemblée nationale pendant que la séance était suspendue brièvement.

Le Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ) voulait ainsi protester contre le projet de loi 70 présenté récemment par le ministre du Travail et de l'Emploi, Sam Hamad.

Après avoir été escortée avec les autres manifestants hors du périmètre parlementaire, une porte-parole, Marie-Hélène Fortier, a expliqué que les avions en papier faisaient référence à la participation de 1 milliard $ US du gouvernement dans la filiale aéronautique de Bombardier.

«C'est un investissement lutter contre la pauvreté. Donner de l'argent à Bombardier c'est une dépense», a-t-elle dit.

Aux journalistes, Mme Fortier a dénoncé les dispositions du projet de loi 70 qui permettraient de réduire de 50% les versements de certains prestataires de l'aide sociale.

«Ça vise à faire retourner les gens à suivre des mesures d'employabilité, sous peine de pénalité, jusqu'à la moitié d'un chèque d'aide sociale, ce qui est inacceptable, a-t-elle dit. On a été exprimer notre colère et je pense que cette colère est ressentie chez les personnes qui vivent cette situation.»

Selon la porte-parole, d'autres coups d'éclat des opposants sont à prévoir contre le projet de loi 70.

«Tant que le projet de loi 70 sera sur la table, il faut s'attendre à d'autres actions dans le genre qui vont se produire», a-t-elle dit.

Le projet de loi 70, déposé il y a près d'un mois, a pour objectif de forcer les demandeurs de prestations d'aide sociale n'ayant aucune contrainte particulière à s'inscrire à une démarche d'emploi.

À défaut de le faire, leur chèque d'aide sociale pourrait être réduit de moitié, ce qui permettrait jusqu'à 50 millions $ d'économies annuelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer