Exclusif

Martine Ouellet dit avoir été «apostrophée» par Péladeau

La députée de Vachon a affirmé mardi que... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La députée de Vachon a affirmé mardi que le favori de la course l'a prise à partie après le débat de Trois-Rivières.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Après Pierre Céré, c'est au tour de Martine Ouellet de dire qu'elle a été «apostrophée» par Pierre Karl Péladeau pendant la course à la direction du Parti québécois.

La députée de Vachon a affirmé mardi que le favori de la course l'a prise à partie après le débat de Trois-Rivières. Au cours de ce débat, elle lui a demandé s'il appuierait une réforme du Code du travail comme l'avait proposé le PQ lors du lock-out au Journal de Montréal.

«Il a dit: "vas-tu encore me poser des questions sur des anciens projets de loi?"», a relaté Mme Ouellet en point de presse.

Bien qu'il n'ait pas lancé de juron à son endroit, elle a qualifié d'«ordinaire» le ton utilisé par M. Péladeau, bien qu'elle se soit gardée de dire qu'il a tenté de l'intimider.

«C'est clair qu'il ne souhaitait pas recevoir de questions, a-t-elle dit. Mais c'est clair qu'une course à la chefferie - il l'a découvert avec le temps - c'est aussi l'occasion de poser des questions et de donner des réponses.»

M. Péladeau a convenu avoir eu un «échange» avec Mme Ouellet au sujet du débat de Trois-Rivières, mais il a assuré qu'il ne s'agissait pas d'une apostrophe. Il a qualifié d'«étonnante» la sortie de sa rivale puisqu'il s'était porté à sa défense il y a quelques semaines, lorsqu'elle a dénoncé le comportement des ministres Gaétan Barrette et Robert Poëti à l'égard des femmes.

Le député de Saint-Jérôme a toutefois reconnu ne pas avoir «la langue de bois».

«Je suis un être humain et ça peut m'arriver d'être passionné, a-t-il convenu. J'ai une passion pour le Québec et c'est la raison pour laquelle je me suis engagé en politique, pour faire du Québec un pays indépendant.»

La sortie de Martine Ouellet fait suite à celle de Pierre Céré, qui a dit ces derniers jours avoir subi les foudres de M. Péladeau après l'avoir comparé au personnage fictif Citizen Kane.

«C'est quoi ton prix, câlisse», lui aurait lancé M. Péladeau qui l'aurait pris à partie au Conseil national de Laval.

Alexandre Cloutier et Bernard Drainville ont tous deux dit ne jamais avoir subi de tentative d'intimidation de la part de M. Péladeau.

Les partisans du favori de la course se sont promptement portés à sa défense, mardi.

«S'il était comme on essaie de le définir, il n'y a pas 15 collègues qui le côtoient au quotidien qui l'appuieraient», a fait valoir le député Pascal Bérubé, partisan de la première heure de M. Péladeau.

Mise en garde contre «l'État-Péladeau d'agression»

Les adversaires politiques du PQ ont bondi à pieds joints sur la controverse entourant le favori dans la course à la direction.

Le leader parlementaire du Parti libéral, Jean-Marc Fournier, a mis les Québécois en garde contre le pays que souhaite créer Pierre Karl Péladeau. À ses yeux, l'aspirant-chef péquiste est «incapable de contrôler ses pulsions agressives».

«Il attaque ceux qui pensent comme lui, a dit M. Fournier. Imaginez l'État-Péladeau pour les citoyens qui ne pensent pas comme lui.»

«La démocratie, ce n'est pas qu'une personne au-dessus de toutes les lois, a-t-il ajouté. C'est une multitude de points de vue et d'opinions qui sont exprimés. Et de toute évidence, il est incapable de contrôler ses pulsions agressives à l'égard des autres.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer