Grève étudiante: Péladeau contredit son parti puis se ravise

Lors d'une mêlée de presse avant une réunion... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Lors d'une mêlée de presse avant une réunion du caucus péquiste, M. Péladeau n'a pas précisé s'il reconnaît ou non le droit de grève.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pierre Karl Péladeau s'est opposé mardi à ce que l'État encadre le droit de grève des étudiants, contrairement à ce que demande son propre parti. Puis l'aspirant chef péquiste s'est ravisé par voie de communiqué.

Le gouvernement Couillard refuse d'adopter une loi pour encadrer la démocratie étudiante parce qu'il ne croit tout simplement pas à l'existence d'un droit de grève.

Lors d'une mêlée de presse avant une réunion du caucus péquiste, M. Péladeau n'a pas précisé s'il reconnaît ou non le droit de grève. Il s'est contenté de parler du « droit de manifester des étudiants ». Il n'a jamais utilisé le terme « droit de grève ».

Chose certaine, selon lui, l'État ne doit pas se mêler de la démocratie étudiante et fixer des balises. « C'est aux étudiants de déterminer la façon dont ils entendent mener leur démocratie », a affirmé le député de Saint-Jérôme. « Je vois mal comment on pourra imposer des cadres aux étudiants. La démocratie doit faire son chemin », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le chef intérimaire du Parti québécois Stéphane Bédard a pourtant publié un communiqué de presse demandant au gouvernement de reconnaître la démocratie étudiante, « y compris le droit de grève, ce qui implique un encadrement ».

« Nous sommes en train de nous interroger là-dessus », a répondu M. Péladeau lorsqu'on lui a rappelé la position officielle de son parti. « Mais mon avis, c'est que le droit de manifester et de déterminer les façons de faire appartient aux étudiants. »

Les déclarations de M. Péladeau ont fait les manchettes, ce qui a poussé le député à émettre un communiqué quelques heures plus tard. Il a finalement repris la ligne du parti, faisant fi de ce qu'il venait à peine de déclarer. « J'estime que la démocratie étudiante doit être reconnue, y compris le droit de grève, ce qui implique un meilleur encadrement et une reconnaissance », soutient-il. De telles balises « ne peuvent être dictées seulement par le gouvernement ». « Il n'est pas question d'imposer quoi que ce soit aux étudiants », ajoute-t-il. « On ne peut imposer un cadre aux étudiants sans qu'il n'y ait un consensus et des consultations entre toutes les parties impliquées dans le conflit. » 

Plus tôt dans la journée, son adversaire dans la course à la direction, Martine Ouellet, a proposé d'enchâsser le droit de grève dans la loi sur les associations étudiantes et d'imposer des balises comme le vote secret.

Le gouvernement Marois avait écarté l'idée de reconnaître et d'encadrer le droit de grève.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer